#NotInMyName ne lâche pas Theo Francken: 25.000 accroche-portes ont envahi la Belgique pour dénoncer sa politique

Les activistes de #NotInMyName qui avaient collé 2.100 affiches pour dénoncer la politique migratoire de Theo Francken (N-VA) en ont remis une couche cette nuit. Cette fois, c'est pas moins de 25.000 accroche-portes qui ont été disposés à Liège, Namur, Charleroi, Gand, Anvers, Louvain-La-Neuve et beaucoup d'autres endroits.

"Migrer n'est pas un crime. Partout en Europe, des citoyens se lèvent en solidarité avec les migrants. Aux États de prendre le relais". Voilà ce qu'on peut lire sur les quelque 25.000 prospectus distribués dans les gares et les points de passage partout sur notre territoire.

"Pas de nouveau Calais"

Cette action qui s'inscrit dans le cadre de la campagne #NotInMyName vise la politique migratoire très stricte de Theo Francken (N-VA), mais aussi suite à ses récentes déclarations à propos du parc Maximilien. Pour lui, tout se passe bien à Bruxelles, il se vante d'avoir évité un "nouveau Calais".

Sauf qu'en coulisses, près de 25.000 bénévoles s'activent pour loger, déplacer et nourrir des centaines de migrants chaque nuit. Sans eux, la politique du secrétaire d'État à Asile et à la Migration ferait beaucoup plus de dégâts. L'hiver et les températures négatives étant à nos portes.

C’en est trop pour le Réseau Ades (Réseau pour des Alternatives Démocratiques Ecologiques et Sociales) qui a donc lancé une nouvelle campagne pour avertir le grand public. Theo Francken, d'habitude hyper réactif sur les réseaux sociaux, n'a toujours pas réagi.

Déjà lu?