Voilà le gros problème des régimes: leur réussite est dépendante de ton patrimoine génétique

À en voir le titre - Améliorer la santé métabolique grâce à la diététique de précision chez les souris - , on ne croirait pas que l'étude ci-dessous pourrait changer la donne en matière de régime. Sauf qu'elle prouve scientifiquement qu'il n'existe pas de régime universel qui fonctionnerait pareil pour tout le monde. Le régime optimal dépend de ton patrimoine génétique.

Ce n'est pas évidemment pas une bonne nouvelle pour les gourous des régime et toute l'industrie du régime, dont le chiffre d'affaires annuel représente 1.500 milliards d'euros dans le monde entier. Les conseils diététiques sont basés sur la théorie selon laquelle il existe un type de régime qui s'applique à tout le monde. Et cette étude vient complètement démonter cette idée.

Un régime qui en rend une personne saine et mince peut produire l'effet inverse chez une autre. Tout dépend du patrimoine génétique de la personne.

Des souris et des hommes

Pour cette étude, les chercheurs ont examiné en détail la façon dont la génétique joue un rôle dans les régimes alimentaires. Ils ont utilisé des souris, qui sont très similaires à l'homme en termes de composition génétique et qui ont tendance à développer des maladies métaboliques analogues.

Les souris ont ensuite été contrôlées pour divers symptômes liés à l'obésité, tels que l'augmentation de la pression artérielle et du cholestérol, du foie gras et de la glycémie. En outre, les chercheurs ont étudié les changements de comportement chez les souris, en mesurant la distance sur laquelle ils se déplaçaient et quelles quantités de nourriture elles mangeaient.

Les chercheurs ont utilisé une poudre spéciale conçue pour imiter au mieux les modèles alimentaires humains. Ils ont utilisé quatre groupes de souris pour voir comment cinq habitudes alimentaires différentes pouvait affecter leur santé sur une période de six mois.

Américain, Japonais, Européen du Sud et Atkins

Les souris différaient génétiquement autant les unes des autres que deux individus aléatoires. Par contre, au sein d'un même groupe, il n'y avait quasiment pas de différences génétiques. Les scientifiques ont comparé le régime alimentaire malsain des Américains (plus de glucides gras et raffinés comme le maïs) avec trois régimes dits "sains": sud-européen (composé d'extraits de blé et de vin rouge), japonais (avec riz et extrait de thé vert) et le régime Atkins (beaucoup de graisse et de protéines, mais peu de glucides). Le cinquième régime consistait en une alimentation standard et fonctionnait comme un groupe témoin.

Bien que le régime japonais convienne bien à la plupart des souris, un groupe a très ma réagi. Ces souris ont développé une augmentation de graisse dans le foie et même des traces de dommages au foie ont été trouvées.

Épais à cause d'une carence en glucides

Une situation similaire est survenue avec le régime Atkins, un régime qui est actuellement à la mode. Deux groupes génétiques ont bien réagi, mais deux autres pas du tout. Ces souris étaient en surpoids, accumulaient beaucoup de graisse dans le foie et avaient un taux élevé de cholestérol.

Les résultats montrent qu'un régime qui fonctionne pour une personne peut entraîner l'effet inversechez une autre. Le régime optimal dépend donc de votre bagage génétique.

En passant, la recherche ne signifie pas du tout que suivre un régime ou regarder votre nourriture est une mauvaise chose. Cela ne fait que nuire à la proposition selon laquelle il n'existe qu'un seul bon régime adapté à toute l'humanité.

À l'avenir, l'équipe de recherche veut savoir quels gènes sont impliqués dans ce processus. Ils veulent développer un test afin de savoir quelle est le meilleur régime adapté à son ADN.

Déjà lu?