Tu habites dans un bled paumé? Eh bien, tu risques de ne plus recevoir ton courrier 5 jours par semaine

Recevoir ton courrier chez toi à la maison 5 jours par semaine, c'est non seulement un service public, mais aussi un service qu'on dit "universel". Le droit de chacun de recevoir son courrier chaque jour de la semaine, peu importe où il habite. Mais le nouveau projet de contrat de gestion de Bpost en a décidé autrement. En tout cas en Wallonie.

Le nouveau contrat de gestion de Bpost sera voté prochainement au Parlement fédéral, mais dans les faits, le projet est déjà plus ou moins approuvé. Dans les deux semaines à venir, le Parlement doit voter une nouvelle loi qui définira les missions du service postal, peut-on lire dans Sudpresse. Et certains aspects de ce projet ne passent pas.

Ce qui coince

Notamment le fait que les nouvelles obligations remettront en question le "service universel" que représente la livraison du courrier. C'est-à-dire que, en fonction de "circonstances exceptionnelles ou de conditions géographiques exceptionnelles", le facteur pourrait ne plus devoir passer chez toi cinq jours par semaine pour te livrer ton courrier. Dans le texte en question, il est tout de même précisé que l'actuelle obligation est toujours prévue. Mais ce qui inquiète, c'est la suite: il serait " souhaitable de laisser ouverte la possibilité d'une réduction de la fréquence de distribution, si cela permet d'éviter que l'État doive financer le service universel".

L'opposition monte au créneau

Du côté de l'opposition, on n'est pas content. Le cdH et le PS ont exprimé leur inquiétude pour les villages reculés. Laurent Devin (PS), bourgmestre de Binche et également député s'est exprimé à ce sujet: "Si vous habitez à Brakel ou à Binche, vous risquez de recevoir moins souvent votre courrier que si vous vivez à Anvers ou à Namur!”. "Parce que, ne nous leurrons pas, la logique de la rentabilité est là. Et ça coûte moins cher de distribuer le courrier 5 jours par semaine dans des grandes villes que dans des villages ou des villes moyennes!" a-t-il encore déclaré.

Le cdH et le PS ont tous deux déposé des amendements pour modifier le projet, mais ces textes ont été rejetés par la majorité en place. Le PS a déclaré qu'il voterait en tout cas contre ce projet de loi car il est contre le fait de proposer un "service universel de seconde zone", peut-on lire dans La Libre. Le cdH est sur la même longueur d'onde par rapport à ce projet.

Déjà lu?