Facebook lance une nouvelle intelligence artificielle chargée de prévenir les tendances suicidaires de ses utilisateurs

Mark Zuckerberg adore ses petits utilisateurs chéris. Alors, pour ne pas en perdre, une nouvelle intelligence artificielle a été implantée sur Facebook. Elle a pour objectif de repérer les tendances suicidaires des "Facebookiens" pour ensuite les aider. 

Ce n'est plus un secret pour personne: Facebook lit tes messages, publications et rassemble tout dans une base de données. Grâce à ce système, Mark Zuckerberg et ses sous-fifres ont mis au point une intelligence artificielle capable de repérer les utilisateurs en détresse. Par détresse, on entend tendances suicidaires, ouais c'est pas joyeux joyeux.

Publications, vidéos et lives

Ce n'est pas tout à fait nouveau. Il existait déjà un système plutôt rudimentaire pour repérer les personnes sur le point de passer à l'acte. Mais il nécessitait qu'un ami signale les tendances suicidaires de la personne en question. Désormais, tout est automatique. L'intelligence artificielle scanne les publications, les vidéos ainsi que les lives Facebook. Mais évidemment, les commentaires seront eux-aussi analysés car ils sont souvent bien plus révélateurs.

Si l'IA repère des messages comme "Tout va bien?", "On peut t'aider?", elle enverra les données à une vraie personne qui validera la démarche et proposera des solutions à la personne concernée. Par exemple, l'utilisateur sera mis en relation avec un centre de prévention au suicide. Et dans les cas extrêmes, l'employé de Facebook pourra directement appeler les secours.

Pas encore en Europe

Pour l'instant, l'intelligence artificielle n'est active qu'aux États-Unis mais devrait bientôt se développer dans d'autres pays. En Europe, c'est pour l'instant impossible car les lois européennes ne permettent pas aux réseaux sociaux d'occuper ce rôle de prévention suicide. Pourtant, cela a l'air de fonctionner puisque le système aurait sauvé environ 100 personnes aux USA.

Mais il y a un revers de la médaille: cela implique que Facebook va encore plus analyser tes données et il saura en courant de toutes tes humeurs, états d'âme etc. Mais après tout, peut-être que le jeu en vaut la chandelle.

Déjà lu?