Où trouver un job en 2018? Près de 5.000 places vont se libérer dans ce secteur en Wallonie

Après plusieurs années pas très roses, le secteur de l'industrie technologique en Wallonie se porte enfin mieux. Le directeur général d'Agoria Wallonie donne aujourd'hui de très bonnes nouvelles: près de 5.000 emplois seront à pourvoir l'année prochaine. Prépare le CV et la lettre de motivation.

Tu es à la recherche d'un boulot ou tu comptes quitter ton travail pour trouver de meilleures opportunités ailleurs? Bonne nouvelle, l'année 2018 sera placée sous le signe de l'emploi dans l'industrie technologique au sud du pays.

Le directeur général d'Agoria Wallonie, Thierry Castagne, annonce ce matin à L'Écho que l’industrie technologique wallonne enregistrera une croissance de son chiffre d’affaires de 2,2 % en 2017, malgré la fermeture de Caterpillar à Charleroi, et encore de 2 % supplémentaire en 2018. Et qui dit croissance, dit bien sûr emploi!

Le chiffre d'affaires du secteur était pourtant en baisse l'année dernière par rapport à 2015. L'emploi moyen, lui, était passé de 23,7 travailleurs en 1995 à... 17,2 personnes en 2016. En cause: l’augmentation de la productivité et son automatisation, l’externalisation des activités et de nombreuses restructurations chez les grands groupes. Cette année, une perte de 2.400 emplois a d'ailleurs encore été enregistrée par rapport à 2016. Mais il faut donc croire que le mauvais temps est passé, puisque l'année 2018 sera meilleure.

Ingénieurs et spécialistes du numérique

D’après les prévisions du directeur d'Agoria Wallonie, tous les secteurs de l’industrie technologique wallonne vont voir leur chiffre d’affaires augmenter cette année, sauf celui de la fabrication de machines, principalement à cause de la catastrophe chez Caterpillar. Ce secteur est en baisse et devrait encore voir son chiffre d'affaires tomber de 4 % en 2018.

Mais parlons bien, parlons pratique. Où devras-tu postuler? Comme l'industrie technologique compte mettre le paquet sur la politique industrielle et le numérique, elle aura besoin de nouveaux ingénieurs spécialistes du numérique et de l'IT l'année prochaine. En tout, il y aura 4.000 à 5.000 emplois vacants à pourvoir, dont 750 emplois directs nouvellement créés.

"On aura besoin d’ingénieurs (mécaniciens, électromécaniciens, etc.), de spécialistes du numérique (big data, analystes, etc.) et de techniciens de l’industrie (tourneurs, fraiseurs, opérateurs sur machines à commandes numériques, soudeurs, chaudronniers, etc.)", prévient Thierry Castagne. Hélas, à l'heure actuelle, "on ne trouve pas assez de ces profils" sur le marché de l'emploi.

Si ton profil correspond à ces emplois, n'hésite donc pas à postuler assez rapidement!

Déjà lu?