Malaise: un site internet proposait de dénoncer les infractions commises par les chauffeurs TEC

Le site internet bus-leaks.be n'a pas vécu longtemps mais son but a tout de même suscité la polémique. Il proposait aux passagers de bus de dénoncer les infractions commises par les chauffeurs de bus, comme l'utilisation du GSM au volant. Sans être proprement citée, la TEC était visée. 

Aussitôt créé, aussitôt supprimé, le site internet bus-leaks.be n'a pas fait long feu. Mis en ligne jeudi 16 novembre, le site avait pour intention d'aider les usagers des transports en commun à dénoncer les comportements dangereux des conducteurs de bus; téléphone au volant, excès de vitesse, etc.

Une seule consigne était donnée

Des preuves photographiques des comportements dangereux étaient demandées mais les usagers étaient invités à flouter le visage des chauffeurs pour garantir le respect de la vie privée. Et même si les conducteurs TEC n'étaient pas à proprement cités, c'était bel et bien ceux-ci qui étaient visés comme l'explique les éditions Sudpresse. Une initiative qui n'a vraiment pas dû leur plaire.

À l'heure actuelle, il n'est déjà plus possible d'accéder au site internet. Le gestionnaire a-t-il pris peur d'être poursuivi? Peut-être, car, comme l'explique Bruno Belluz de la CSC aux éditions Sudpresse: "Dénoncer des gens en public sur internet, c'est illégal. Alors qu’il suffit d’utiliser les formulaires de plainte qui existe dans le système interne aux TEC." La CSC annonce également la possibilité de porter plainte.

Pas la peine de chercher après le site, sur Internet, c'est comme s'il n'avait jamais existé...

Déjà lu?