Marche arrière: Trump recule sur l'autorisation d'importer des trophées d'éléphants tués en Afrique

Donald Trump ne nous avait pas habitués à ça. Face au tollé d'autoriser l'importation de trophées de chasse à l'éléphant, le président américain fait marche arrière. Les associations de défense des animaux et de l'environnement vont pouvoir souffler, du moins quelque temps. 

On le connait surtout pour son côté, "j'en ai rien à foutre de ce que les autres disent" pourtant, cette fois-ci, Donald Trump semble avoir entendu. Sous la pression d'organisations de protection de l'environnement, le président américain a décidé de suspendre une mesure très polémique. L'administration de Donald Trump avait annoncé la réintroduction de l'importation de trophées de chasse à l'éléphant. Autant dire que cette mesure passait mal!

Revirement après seulement 24h

C'est sur Twitter que le président Donald Trump l'a annoncé: "Je suspends la décision sur les trophées le temps de vérifier les faits sur la conservation. À l'étude, pendant des années. Je reviens bientôt sur la question avec le ministre des Ressources naturelles, Ryan Zinke."

Il n'aura donc pas fallu plus de 24h pour que le président américain fasse marche arrière. Un laps de temps suffisant pour que de nombreuses associations de défense des animaux et de l'environnement aux États-Unis se lèvent et protestent fermement contre cette réintroduction de permis. La décision d'interdire l'importation de trophées de chasse avait été prise sous la précédente administration de Barack Obama.

Rappel de l'histoire

Jeudi 16 novembre, l'U.S. Fish & Wildlife Service, l'agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche annonçait en effet, que des permis autorisant l'importation des trophées d'éléphants chassés au Zimbabwe et la Zambie allaient être donnés. L'administration du président américain justifiait cette décision en invoquant "l'amélioration de la survie de l'éléphant d'Afrique".

En gros, l'importation de ce genre de trophées permettrait la conservation des espèces. L'USFWS expliquait: "La chasse pour le loisir, légale, bien encadrée, dans le cadre d'un programme, peut bénéficier à la conservation de certaines espèces en incitant les populations locales à conserver les espèces et en injectant l'argent dans la conservation". Ha bon?!

Mais, suite au revirement de Donald Trump, aucun chasseur américain n'aura le droit de revenir avec des piedds ou des têtes d'éléphants d'Afrique. On peut respirer... du moins pour quelque temps.

Déjà lu?