Octobre 2017: le pire mois jamais enregistré en termes de bouchons cumulés, et ça ne devrait pas s'améliorer

La Belgique est connue pour être l'in des pays les plus embouteillé d'Europe. Spécialement autour de Bruxelles et d'Anvers. A l'heure, où les autorités communiquent beaucoup sur les moyens alternatifs à la voiture, Touring et Be-Mobile viennent nous donner une piqûre de rappel. Le mois d'octobre a été le pire jamais enregistré au niveau des bouchons cumulés. Novembre ne s'annonce pas vraiment meilleurs.

Le journal Le Soir en fait sa "Une" ce mardi matin. Le mois d'octobre 2017 est le mois le plus congestionné le de tous les temps, selon les chiffres de Touring et Be-Mobile. Le nombre de kilomètres de bouchons cumulés a atteint un nouveau record avec plus de 300 km. "Pas étonnant", car le trafic empire "d'année en année", rapporte Nathalie Moerman, ingénieure mobilité chez Be-Mobile.

Mais qu'est-ce qui explique un tel record? D'abord les conditions de circulation. À l'approche de l'hiver, les routes sont plus glissantes, la pluie tombe et la luminosité baisse, favorisant les accidents. Le Soir note aussi les nombreux chantiers sur les routes wallonnes. Et comment oublier la fermeture du viaduc Hermann-Debroux durant une semaine qui aura fait exploser les records.

Partir tôt ou tard ne suffit plus

Le ring de Bruxelles cristallise à lui seul la mobilité dans notre pays. Hier matin, un accident à 5h40 aux abords du tunnel Léonard a eu des répercussions durant toute la matinée. À 9 heures du matin, les navetteurs perdaient encore plus d'une heure pour rentrer dans Bruxelles ou poursuivre leur route vers Anvers.

Plus inquiétant encore: partir plus tôt ou plus tard ne garantit plus rien du tout. Les files s'accumulent aussi entre 10h et 15h, d'habitude des heures plus calmes sur les routes.

Changer de mentalité

Plus que jamais, nous devons changer nos habitudes. Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot (MR) nous faisait savoir que si 20% des usagers faisaient du covoiturage, il n'y aurait plus de bouchon vers Bruxelles. Même chose au niveau des transports en commun: les gens habitant à proximité des gares n'utilisent pas assez ce moyen de transport. L'offre autour de Bruxelles a pourtant été augmentée.

Au niveau politique aussi, les choses doivent bouger. En investissant dans la TEC comme le propose Ecolo par exemple, ou en faisant avancer le dossier RER, que le ministre de la Mobilité veut conclure d'ici la fin de son mandat.

Déjà lu?