"Sans mon frère, je me serais suicidé": Stromae s'est confié dans un documentaire et ce n'est pas la joie

On le sait, Stromae ne va pas très bien en ce moment. La faute à un lourd traitement contre le paludisme dont il a été victime. Dans un documentaire qui sera bientôt diffusé sur France Ô, l'artiste belge est revenu sur ses problèmes de santé et une chose est sûre: il en bave à fond. 

Début octobre, on apprenait que Stromae était au fond du trou. La faute à un traitement contre le paludisme dont le chanteur belge est victime. L'artiste souffre depuis deux ans des effets secondaires de ce traitement pas facile à vivre. Pour rappel, en 2015 Stromae avait du interrompre une tournée au Congo suite à une mauvaise réactions aux médicaments. Ce vendredi, on en apprend plus sur son état puisque le chanteur s'est exprimé dans un documentaire qui sera diffusé le 29 novembre prochain sur France Ô.

Suicide

Ce documentaire s'appelle "Malaria Business" et cette maladie, Stromae la connait bien (la malaria est un autre nom pour le paludisme). Dans ce reportage qui sera diffusé à la fin du mois, Stromae se livre comme jamais: "J’ai subi des effets secondaires du Lariam. Ça m’est arrivé en juin 2015. C’était dans le cadre de ma tournée en Afrique. J’étais stressé, j’étais épuisé. Tout prédisposé à péter un plomb, ça c’était sûr, mais l’accélérateur c’était le Lariam. Pendant les concerts, je ne m’en rendais pas compte, on n’a pas le recul. C’est de la paranoïa, c’est plein de trucs."

Heureusement, il a pu compter sur le soutien de son frangin Luc Junior qui travaille avec lui: "Mon frère a eu le déclic. Il s’est rendu compte qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Et je pense que s’il n’avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. Ça, c’est sûr. Je pèse bien mes mots quand je vous dis ça. S’il n’avait pas été là, je ne pense pas que je pourrais vous parler aujourd’hui." On remercie donc Luc Junior grâce à qui on peut encore écouter Stromae sur des oeuvres récentes comme La Fête est Finie d'Orelsan.

Déjà lu?