Trop c'est trop: 78% de notre facture d'électricité n'est pas lié au coût de l'énergie

"Notre facture d'énergie n'est pas une feuille d'impôt". Le Vif/L'Express et Test-Achats ont lié leurs efforts pour mettre au jour une problématique qui nous affecte tous: notre facture d'électricité. "Un impôt déguisé" qui ne dit pas son nom. 78% de son prix serait lié aux taxes de l'État et aux frais de distribution. Cela fait de la Belgique un des pires élèves européens en la matière. Trop, c'est trop.

Depuis fin 2014, notre facture d'électricité pour une consommation moyenne est passée de 700 euros à 900 euros par an. La Belgique est le pays européen où la facture d'électricité a connu la plus forte hausse en 2016. Pire, notre pays se classe à la troisième place des pays aux tarifs les plus chers. Voilà les chiffres éloquents rapportés par Test-Achats, et auxquels Le Vif/ L'Express consacre un dossier.

Dans le même temps, la Fondation Roi Boudouin a fait savoir via une étude q'un Belge sur cinq vivait en situation de précarité énergétique. De plus en plus de Belges ne peuvent plus payer leurs factures et se voient imposer un compteur à budget.

"Un problème politique"

Cette augmentation de notre facture est-elle liée au prix de l'énergie? Non, d'autant qu'il est même descendu au niveau de nos pays voisins. Si notre facture est si élevée, c'est à cause des nombreuses taxes et du coût lié à la distribution. 78% de notre facture en dépend.

Pour Test-Achats et Jean-Philippe Ducart, il ne faut pas chercher midi à 14 heures: "Il s'agit clairement d'un problème politique". Parce que l'État et ses différents niveaux de pouvoir ont tendance à combler les trous budgétaires avec notre facture d'électricité. Avec des augmentations successives de cotisation comme la TVA qui est passée à 21%, mais aussi des prélèvements liés aux coûts des intercommunales, sans même parler des dividendes prélevés par les communes. Chaque niveau de pouvoir se sucre sur notre dos.

Commission d'enquête et pétition

L'ombre des affaires Publifin et Ores plane sur ce dossier. La commission d'enquête sur l'intercommunale liégeoise n'a pas permis de lever le voile sur le fonctionnement tentaculaire des intercommunales et leur coût, notamment au niveau de la distribution d'électricité. Alors qu'une autre commission pourrait voir le jour pour Ores, Test-Achats veut encore élargir le débat: "La méthodologie et la fixation des tarifs de distribution doivent faire l'objet d'une plus grande transparence. Une nouvelle commission d'enquête spécifique sur cet élément pourrait être organisée."

Et c'est le cas au nord comme au sud du pays: "Les tarifs de transport et de distribution sont très peu sous contrôle, en Flandre et en Wallonie". Sur la période 2010-2017, les coûts liés au transport et à la distribution ont augmenté de 89% en Flandre et de 63% en Wallonie. Seule Bruxelles semble préservée avec une hausse de 16%.

Dans le même temps, Test-Achats invite également les citoyens à signer son manifeste pour faire pression sur le monde politique. Sans quoi notre facture d’électricité pourrait encore augmenter dans les prochaines années.

Déjà lu?