Gros retour en arrière: les femmes devront maintenant attendre 217 ans pour avoir le même salaire que les hommes

Le Forum économique mondial (World Economic Forum) a sondé 144 pays du monde entier pour déterminer l'ampleur des inégalités homme-femme. Hélas, les nouvelles ne sont pas bonnes. Alors que des progrès avaient été enregistrés chaque année, ils semblent se renverser. Il y a un an, le WEF avait calculé qu'il faudrait attendre 170 ans pour que les femmes reçoivent le même salaire que les hommes à travail égal. Aujourd'hui, il s'agit plutôt de 217 ans.

Au travail et à la maison, les femmes sont loin d'être traitées comme leurs homologues masculins. C'est encore une fois ce qui ressort du nouveau rapport sur les écarts entre les sexes du World Economic Forum (WEF), l'institution qui accueille chaque année le célèbre forum économique mondial à Davos en Suisse.

Le WEF a sondé 144 pays en se penchant sur quatre domaines: la participation économique et les opportunités, le niveau d'instruction, la santé et la survie, et l'autonomisation politique. Nouveauté de cette année: les réserves de talents et les professions dans le domaine industriel ont également été analysées.

217 ans au lieu de 170 ans

Les résultats ne sont franchement pas bons: alors que l'écart entre les sexes tendait à se résorber petit à petit depuis dix ans, il s'est globalement élargi cette année. Désormais, les inégalités relevées dans les domaines étudiés ont été effacées à 68 %, en moyenne dans le monde entier. Contre 68,3 % en 2016. Une détérioration qui n'avait jamais été enregistrée depuis le commencement de ces rapports, en 2006. Sans surprise, ce sont surtout les inégalités sur le lieu de travail et dans la représentation politique qui ont tiré ce chiffre vers le bas.

Du coup, à ce rythme, le WEF estime qu'il faudra 100 ans pour gommer entièrement les inégalités mondiales dans l'accès aux soins de santé et à l'éducation ainsi que dans la participation politique. Alors qu'il fallait 83 ans l'année dernière. Pire encore, dans le domaine économique, les inégalités ne seront pas effacées avant 217 ans. Cela signifie que les femmes devront attendre plus de deux siècles avant de pouvoir être traitées comme les hommes sur le marché du travail: par exemple, avoir les mêmes opportunités de carrière et recevoir le même salaire à travail égal. C'est nettement plus que les 170 ans estimés l'année dernière. Hélas, aucune de nous vivantes ne devraient donc vivre dans une société parfaitement égalitaire.

Europe de l'Ouest VS Moyen-Orient et Afrique du Nord

Si la tendance mondiale est "lamentable", selon les mots du rapport, plus de la moitié des pays sondés tirent tout de même leur épingle du jeu, avec un score qui s'est amélioré ces douze derniers mois. C'est notamment le cas de la France et le Canada, qui se classent respectivement 11e et 16e dans le classement mondial. Plus largement, c'est l'Europe de l'Ouest qui a réalisé les meilleures performances, avec un fossé restant de 25 % en moyenne.

Côté mauvais élèves, les États-Unis (49e) ont régressé dans le domaine et chuté de quatre places. Ce qui fait d'eux les pires du G20. Tout en bas du classement, on retrouve la Chine (100e), l'Inde (108e), le Japon (114e), la Corée du Sud (118e), la Turquie (131e) et évidemment l'Arabie Saoudite (138e). Ce sont surtout les régions du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord qui enregistrent les scores les plus bas, avec un fossé restant de 40 % en moyenne.

L'Islande au top

Mais qui sont les champions en matière d'égalité homme-femme? Comme dans de nombreux autres secteurs, ce sont encore les pays nordiques qui sont au top. La tête du classement du WEF est d'ailleurs occupée par l'Islande, où près de 88 % des inégalités entre les hommes et les femmes ont été supprimées. C'est donc le pays le plus égalitaire au monde depuis neuf ans, estime le WEF. Il s'éloigne même de plus en plus de la Norvège et la Finlande, qui occupent respectivement la deuxième et troisième place du classement. Dans le rapport du WEF, ces deux pays ont vu aussi leur taux d'écart entre les sexes augmenter.

Le top 5 est complété par le Rwanda (4e) et la Suède (5e).

Et en Belgique?

Hélas, la Belgique ne figure ni dans le top 5 ni dans le top 10. Avec un score de 73,9 %, on se classe à la 31e place, entre la Moldavie (30e) et les Pays-Bas (32e). L'écart entre les hommes et les femmes est donc encore de 26,1 %, ce qui est de 1,1 % au-dessus de la moyenne en Europe de l'Ouest.

Le chemin est encore long à parcourir...

Déjà lu?