Diables Rouges 1, fisc 0: les joueurs ne devront pas payer d'impôts en Belgique malgré leurs sociétés luxembourgeoises 

Depuis l'éclatement du scandale LuxLeaks en 2015, certains joueurs belges sont dans le viseur du fisc. La raison? Plusieurs joueurs possèdent en effet des sociétés basées au Luxembourg. Ce mardi, SudPresse et des quotidiens flamands rapportent que l'enquête du fisc belge n'a rien donné. 

Les Diables Rouges, peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Après s'être facilement qualifiés pour la Coupe du monde, l'est voilà débarrassé du fisc belge. Remettons les choses dans le contexte: en 2015, quelques mois après le début du scandale du LuxLeaks, plusieurs joueurs étaient dans le viseur du fisc: Thibaut Courtois, Eden Hazard, Kevin Mirallas et Divock Origi.

Ils étaient soupçonnés d'évasion fiscale au Grand-Duché de Luxembourg. Les quatre Diables possèdent en effet des sociétés qu'ils utilisent pour y transférer leurs revenus publicitaires. Une manœuvre hyper avantageuse puisque "un joueur qui y fait enregistrer sa marque pour percevoir ses revenus publicitaires ne paiera au total qu'un taux effectif de 6% d'imposition" expliquait l'avocat Sébastien Watelet à l'agence Belga en 2015. En Belgique, un régime équivalent n'existe pas, ils seraient donc imposés à hauteur de 33,99%, comme une société normale. En 2015 toujours, un fiscaliste mettait en garde les joueurs: "Le footballeur en question doit pouvoir prouver que la direction effective de la société se fait depuis le Luxembourg. Ce qui est, naturellement, beaucoup plus difficile à démontrer." Visiblement, ils ont réussi.

Chou blanc pour le fisc

Ce mardi, les quotidiens SudPresse et d'autres médias flamands ont dévoilé les résultats de cette enquête qui n'a pas été très fructueuse pour le fisc belge. En effet, les Diables ont trouvé le schéma tactique parfait pour contrer toute attaque: ils sont tous domiciliés à l'étranger ainsi que leurs sociétés. Ainsi, la Belgique ne peut prélever aucun impôt sur ces revenus. Cette info a été confirmée par Francis Adyns du SPF Finances.

Financièrement, c'est un gros plus pour les Diables. Admettons qu'Eden Hazard signe un contrat publicitaire de 100.000 euros, il faudra payer 34.000 euros d'impôts en Belgique contre 4.000 au Luxembourg. Mais bon, vu qu'Eden Hazard touche environ 16,7 millions d'euros par an, 100.000 euros ne représente que 0,001% de son salaire annuel. Ne t'inquiètes pas pour eux, leurs portefeuilles se portent bien.

Déjà lu?