Pneus crevés, menaces, harcèlement: Maximilien Dienst vit un cauchemar avec cette polémique de la viande BBB "piquée"

Maximilien Dienst tente de mettre fin une fois pour toute à la polémique. Le chef cuisinier a encore présenté ses excuses pour avoir utilisé le mot "piquée" pour parler de la viande Blanc Bleu Belge. Ce qui n'a pas plu à certains, puisqu'il a reçu des menaces ou a vu ses pneus de voiture être crevés...

C'est un petit mot qui a eu de grosses conséquences. Depuis quelques jours, Maximilien Dienst est au cœur de la polémique. Et ça n'a rien à avoir avec son comportement qui peut parfois déranger. Tout est parti de cette petite phrase prononcée dans Max & Vénus sur la RTBF: pour évoquer la viande Blanc Bleu Belge, Maximilien a utilisé le mot "piqué". Sous-entendu (pour certains): cette viande est "piquée" aux hormones selon le chef. Alors que ce n'est pas ce qu'il a voulu dire selon lui.

"C'est aussi du second degré"

"Franchement, je n’aurais jamais imaginé qu’une polémique puisse naître de cette émission. (...) Quand je pense que ce 'scandale' est né de dix secondes sur une émission de 45 minutes…", regrette Maximilien dans une interview accordée à la Capitale, quelques jours après avoir présenté ses excuses sur sa page Facebook officielle.

Il précise le fond de sa pensée: "Je ne pensais vraiment pas à 'piquée aux hormones', mais plutôt à ce dont on parle à propos des jambons vendus dans les grandes surfaces. Ils sont piqués au sel, des choses comme cela. Si j’avais su ce qui allait arriver après, je n’aurais même jamais prononcé ce mot-là. Mais j’assume. Je m’excuse pour l’avoir prononcé et je suis vraiment désolé".

En plus de présenter une nouvelle fois ses excuses, "Max" revendique sa liberté d'expression: "Je sais que je peux parfois être provocateur, je m’en amuse mais c’est aussi du second degré". Et d'ajouter: "Je revendique toutefois le droit de dire aussi que la viande de BBB n’est pas de mon goût. C’est un avis qui m’est personnel".

Pneus de voiture crevés

Au passage, il appelle aussi "au calme". Car il faut dire qu'il n'a pas été épargné depuis le début de cette polémique. Il avoue ainsi que ses pneus de voiture ont été crevés: "C’était au lendemain de la diffusion de l’émission. Mais je n’ai pas porté plainte et je n’ai plus envie d’en parler". Et qu'il reçoit régulièrement des menaces par téléphone ou sur Internet.

"Il ne se passe pas un jour sans que je reçoive un appel. Certains sont polis, et cela ne me dérange pas de parler avec ces interlocuteurs. D’autres par contre sont très menaçants, insultants…", explique-t-il. "Via Facebook également j’ai reçu pas mal de messages assez agressifs, violents. Je trouve ces réactions disproportionnées et un peu exagérées. On fait tous des bêtises." Selon l'Avenir, une quarantaine d'éleveurs se sont même pointés dans son restaurant dimanche pour lui demander des compter: ça frise le harcèlement là... Le jeune chef leur a présenté ses excuses face-à-face, en leur demandant toutefois de tourner la page trois semaines après la diffusion de l'émission...

Histoire de calmer le jeu, il va aussi organiser quelque chose avec des éleveurs de Blanc Bleu Belge: "Nous avons d’ailleurs prévu d’aller tourner une petite capsule chez eux. Elle sera diffusée d’ici deux semaines. On va aller voir comment travaille un éleveur, un boucher spécialisé dans ce type de viande… Cela me permettra d’en savoir un peu plus", annonce-t-il dans la Capitale. Ira-t-il jusqu'à manger de la viande BBB? Réponse dans quelques semaines!

Déjà lu?