On aime beaucoup le café au Samusocial: ils ont dépensé plus de 10.000 euros en capsules Nespresso

Toc toc, revoilà le Samusocial. Cette semaine, la commission d'enquête parlementaire sur le Samusocial procédait à ses dernières auditions. Des anomalies dans les finances de l'ASBL ont été découvertes: en 2016 plus de 10.000 euros ont été dépensés...dans du café Nespresso. 

Mardi, la commission d’enquête parlementaire Samusocial a achevé ses travaux ce mardi par l’audition de l’inspecteur régional des finances, Jean-Philippe Block qui a remis un rapport à la demande de Didier Gosuin (DéFI), ministre de l’Économie et Guy Vanhengel (Open VLD), ministres des Finances. La Capitale a réussi à se procurer quelques extraits de ce rapport ayant attrait aux dépenses de l'ASBL entre les années 2009 et 2016.

L'une des conclusions de ce rapport est la suivante: "Bien qu’il y soit soumis, le Samusocial n’applique pas la loi sur les marchés publics." Ils ont en effet décelé quelques anomalies au niveaux de dépenses et cela concerne des achats inattendus.

Café, café et encore du café

Le café, c'est important. Pour certains, c'est une véritable religion. Mais chez le Samusocial, on est pas loin du fanatisme. En 2016, l'ASBL a dépensé 10.584,52 euros pour du café Nespresso ainsi que 8.632 pendant les premiers mois de 2017. Ça représente environ 72 tasses par jour. Solide. Il y a un fossé qui sépare ces deux dernières années avec les précédentes: en 2013, ils ne dépensaient que 93 euros pour le café, 146€ en 2014 et 831€ pour l'année 2015. Aucune raison ne semble expliquer cette augmentation dans les dépenses.

Mis à part cette histoire de café, ce sont évidemment les rémunérations pour le personnel qui sont plus anormales. L'inspection des finances confirment qu'il y a eu des cas de double subventionnement sur deux mois de salaire pour la même personne. "Le montant de l’erreur s’élève à 8.193,92 euros" détaille le rapport. On ne sait pas quelle est la personne concernée.

Déjà lu?