Ni déclaration d'indépendance, ni élections: toujours le brouillard en Catalogne

Le discours du président du Parlement régional catalan, Carles Puigdemont était censé éclaircir les choses aujourd'hui. Mais il semblerait que la Catalogne ne soit pas encore sûre de savoir quel "move" faire pour l'avenir. 

C'est ce qu'on peut appeler un discours nébuleux. Carles Puigdemont n'a finalement ni appelé à de nouvelles élections, ni déclaré l'indépendance de la Catalogne. C'était pourtant l'objet de la réunion aujourd'hui pour se prononcer sur les conséquences de l'application de l'article 155.

En effet, samedi 21 octobre, le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy avait décidé de finalement appliquer le fameux article 155 de la Constitution pour suspendre l'autonomie de la Catalogne. La région séparatiste n'a en tout cas pas encore renoncé à son indépendance après le référendum illégal du 1er octobre.

"Je ne peux pas convoquer ou organiser des élections au Parlement. J’ai essayé légalement de les organiser afin d’éviter l’application de l’article 155. (...) J'ai essayé d'obtenir les garanties nécessaires, mais elles ne sont pas réunies" a déclaré le président du Parlement catalan, Puigdemont. Dans son discours, il a aussi déclaré qu'il tenait à "la paix et au civisme" et a rappelé qu'il était et "de son devoir d'épuiser toutes les voies pour trouver une solution dans le dialogue". Il a aussi dit qu'il est faux de penser qu'il n'est pas capable de faire des concessions, mais que l'application de cet article 155 est "abusif, injuste, hors la loi et cherche à en finir avec la souveraineté et l'esprit des catalans".

Les options

Pour rappel, voilà les trois solutions qui sont mises sur la table face à cette crise. Premièrement, convoquer des élections régionales pour en quelque sorte annuler l'application de l'article 155 serait une option. Ou alors, proclamer la République catalane et ainsi appliquer le référendum. Ou encore, une déclaration d'indépendance qui ne pourrait pas être considéré comme un quelque chose d'officiel.

Déjà lu?