Gobee Bike débarque à Bruxelles et ces vélos en libre service pourraient bien faire de l'ombre aux Villo

Des vélos en partage libre, sans borne d'attache, vont apparaître à Bruxelles dès vendredi. Propriété de la start-up Gobee Bike, ce nouveau service de vélos "à la demande" pourrait bien empiéter sur les plates-bandes de Villo!. Mais rien n'est trop sûr.

Ces dernières années, la circulation dans des grosses villes comme Bruxelles est devenue un enjeu fondamental. Que ce soit pour des raisons idéologiques, écologiques ou économiques, de nombreuses personnes optent pour le vélo et, conséquemment, de nombreuses initiatives se proposent de leur faciliter l'accès à ce moyen de transport.

L'une d'entre elles, c'est Gobee Bike. Après Hong-Kong, Lille ou Paris, la start-up Gobee.bike débarque à Bruxelles. "Gobee.bike est un service de vélos partagés pour les citoyens en quête de liberté", explique la compagnie dans un communiqué de presse. La version belge a été lancée ce vendredi 27 octobre à Uccle.

Avantage: pas de stations

Le grand avantage de Gobee.bike sur le service de partage Villo!, c'est l'absence de bornes de stationnement. La flotte de bécanes est dispatchée un peu partout dans la ville. Les usagers peuvent les laisser "sur n’importe quel espace de parking à vélos, à la convenance de l’utilisateur", peut-on lire sur le site.

La start-up se chargera de les remettre à disposition dans toute la ville au profit des utilisateurs. Pour savoir où se trouve le vélo le plus proche? Une app. Pour payer? Via cette app. Pour enregistrer tes courses et partager tes performances sur les réseaux sociaux? Il y a encore l'appli.

Inconvénient: le prix

À première vue, le service de Gobee est l'outil idéal pour "révolutionner la mobilité urbaine", comme ils l'annoncent sur leur site. Mais leurs tarifs ont de quoi décourager.

En plus de la caution de départ de 50 euros (25 euros pour le lancement à Bruxelles), "le tarif appliqué est de 0,50 euro toutes les 30 minutes. La facturation commence 1 minute après que le vélo ait été déverrouillé (pour laisser le temps à l’utilisateur de vérifier que le vélo est fonctionnel) et se termine lorsqu’il est verrouillé manuellement par l’utilisateur".

Si tu es un utilisateur peu régulier, ce service peut te convenir. Par exemple: si tu fais 30 trajets en vélo sur un an, et que chacun de ces trajets n'aura pas duré plus de 30 minutes, cela te coûtera 15 euros à l'année (La caution pouvant être récupérée à tout moment, nous ne l'avons pas inclus dans le calcul).

Gobeebike vs Villo

Mais si tu es plutôt du genre à enfourcher souvent le vélo pour te déplacer, ça peut vite monter plus cher. Pour mieux comprendre, il faut comparer avec le service prédominant dans la capitale: les Villo! de JCDecaux et de la Région de Bruxelles-Capitale.

L'abonnement aux Villo! n'est que de 33,60€ pour un an. Alors, oui, il faut lâcher la somme de départ mais une fois que c'est fait, tu ne payes des frais supplémentaire que si tes trajets dépassent les 30 minutes. Financièrement, si tu fais plus de 66 trajets sur un an (de moins de 30 minutes, OK), les Villo sont plus intéressants.

Pour récupérer un Villo!, il faut trouver une borne de stationnement. Ces dernières sont distantes de 450 mètres, selon le site de l'entreprise. Pour libérer le véhicule, il faut passer sa carte Villo! ou Mobib (STIB) sur le lecteur de la borne ou sur les points d'attache équipés d'un lecteur de carte.

Pour choper un Gobeebike, il faut le repérer sur l'application. Une fois sur place, il faut scanner le QR Code sur le vélo pour le déverrouiller. C'est un avantage sur Villo!: les Gobeebike peuvent être dispos un peu partout: sur un parking de supermarché, devant une école ou à côté d'un parc. Sachant que les Villo! ne disposent pas d'une appli propre à l'entreprise (il existe des applis alternatives mais elles ne sont pas gérées par Villo!), on peut dire que d'un point de vue logistique, les Gobeebike sont plus intéressants car en théorie plus accessibles.

 

En conclusion: c'est à toi de choisir!

Déjà lu?