Pour Borsus, un embargo wallon sur la vente d'armes à l'Arabie saoudite serait inutile

Pour Willy Borsus (MR), c'est clair. Son gouvernement condamne fortement le non-respect des droits de l'homme en Arabie saoudite mais il continue de lui vendre des armes. Une position qui ne changera pas tant que le reste de l'Europe ne s'y mettra pas tout ensemble, a expliqué le ministre-président wallon au journal Le Soir.

En accordant 25 licences d'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite, le ministre-président wallon Willy Borsus s'est attiré les foudres non seulement de l'opposition, Ecolo en tête, mais également d'Amnesty International et surtout d'Alexander De Croo. Le Vice-Premier ministre fédéral Open Vld en charge de la Coopération au développement a dénoncé un acte de "folie pure", rappelant que le fédéral fait de grands efforts pour lutter contre la catastrophe humanitaire qui se déroule dans la péninsule arabique.

Interrogé par Le Soir, Borsus s'est justifié en expliquant qu'un "embargo d’une seule région, d’un seul pays n’aura aucun impact international, notamment sur le respect des droits de l’homme." Si la Belgique est seule à stopper l'exportation d'armes vers l'Arabie saoudite, le geste sera inutile, estime le ministre-président wallon qui déclare attendre "une attitude coordonnée avec les autres pays européens" et une "même lecture des textes de loi" pour envisager un blocus.

Droits de l'homme

Intransigeante, l'ONG Amnesty International écrit : "la Région wallonne continue de se rendre coupable de complicité de crimes de guerre en livrant des armes à un pays, l’Arabie saoudite, qui mène une coalition qui bombarde en toute impunité des structures civiles et tue des milliers de civils dont de nombreux enfants."

Comme une réponse à ces accusations, Borsus explique au Soir: "la position du gouvernement wallon est très claire, il s’agit d’avoir une attitude offensive pour le respect des droits de l’homme par rapport à certains pays, dont l’Arabie saoudite. Nous soutenons pleinement la résolution fédérale, notamment le point 10 qui invite "à tendre, sur la base d’un accord entre les Régions, vers un embargo aux niveaux de l’UE et des Nations unies sur l’importation, l’exportation et le transit avec l’Arabie saoudite de technologies et équipements militaires".

Mais le gouvernement wallon continue pour l'instant de vendre des armes à l'Arabie saoudite car, rappelons-le, c'est un commerce qui se chiffre en milliards d'euros. S'en séparer est une décision difficile. Du coup, tant que les autres pays ne se bougeront pas, il semblerait que la Wallonie ne fera pas d'efforts dans ce sens.

Déjà lu?