Et de trois! La troisième version du travel ban de Donald Trump a été bloquée par un juge américain

Donald Trump pensait sans doute que la troisième était la bonne, mais non. Un juge fédéral de Hawaï a en effet bloqué la troisième version du fameux travel ban du président américain. En ce jour de reprise de la NBA, le "block" est bien tombé. Le gouvernement ne devrait pas en rester là et devrait faire appel à cette décision. 

C'est un peu le fil rouge du mandat de Donald Trump: le décret anti-migratoire ou travel ban visant à interdire de façon permanente le franchissement des frontières américaines aux ressortissants de sept pays, musulmans dans leur majorité. Le 25 septembre dernier, le président américain signait la troisième version du décret mais celui n'a pas fait long feu: il a déjà été bloqué par un juge fédéral: Derrick Watson. Cette décision du juge d'Hawaï a une portée nationale mais devrait être contestée par le gouvernement rapidement.

Un décret pas vraiment justifiable

Selon le juge Watson, cette version du décret "souffre précisément des mêmes maux que son prédécesseur." Il explique que le texte ne démontrait pas pourquoi l'entrée autorisée à plus de 150 millions de ressortissants étrangers des pays visés "nuirait aux intérêts des Etats-Unis". Il ajoute également que le texte n'est pas éthique "selon les principes de la Nation" et "discriminant puisqu'il se base sur la nationalité". Pour rappel, le président est accusé par ses détracteurs de cibler de façon discriminatoire les musulmans. Normal quand les pays visés par le décret sont le Yémen, la Syrie, la Libye, l'Iran, la Somalie, plus la Corée du Nord et le Tchad.

Ce blocage va relancer la bataille que mène le gouvernement face aux tribunaux pour resserrer les frontières américaines. La deuxième version du texte avait été validée par la Cour suprême donnant ainsi une victoire symbolique à Donald Trump mais elle avait finalement été bloquée par un autre juge. Tout comme la première version en fait. Le mandat du président ressemble à un cycle sans fin... En tout cas, les restrictions du juge entreront en vigueur dès ce mercredi. En attendant l'appel du gouvernement...

La Maison Blanche répond

Dans un communiqué, la Maison Blanche a déjà réagi à cette décision du juge Derrick Watson. Dans ce communiqué on peut lire: "L'ordonnance du tribunal nuit aux efforts du président pour assurer la sécurité du peuple américain et appliquer les normes minimales de sécurité pour entrer aux États-Unis." Ils en profitent pour défendre une nouvelle fois le travel ban: "Ces restrictions sont vitales pour l'intégrité de notre système d'immigration et pour la sécurité de notre pays."

Déjà lu?