Durable, H&M? Le géant suédois brûlerait chaque année douze tonnes de vêtements

H&M, le géant suédois du prêt-à-porter brûle chaque année 12 tonnes d'invendus en parfait état. C'est ce que rapporte une enquête menée par l'émission de télévision danoise Operation X. La société nie réaliser ce gaspillage qui contredit totalement ses actions de développement durable.

12 tonnes chaque année depuis 2013, cela fait un total de 60 tonnes. C'est donc 60 tonnes de fringues neuves, non vendues par H&M, qui auraient fini au feu, ont révélé les journalistes de l'émission danoise Operation X. Pour l'instant, le géant de la mode nie totalement ces allégations.

En juin, les journalistes danois ont commencé à enquêter sur ce que H&M faisait de ses nouveaux vêtements invendus et leurs recherches les ont conduits à la société de traitement des déchets KARA/NOVEREN, au Danemark. Les journalistes auraient vu des vêtements neufs de H&M être livrés à l'entreprise de transformation avant d'être détruits.

Surproduction

Les enquêteurs parlent notamment de 30.000 pantalons pour enfants de style cow-boy et de pantalons pour femmes bleu foncé avec des étiquettes de prix encore intactes déposés chez KARA/NOVEREN. Else Skjold, professeur de design durable à la Kolding Design School au Danemark, confirme que H&M détruit ses vêtements pour faire face à la surproduction.

Dans le passé, les détaillants ne produisaient que quatre collections par an en moyenne. Mais avec l’accélération de la mode et ses changements permanents, des entreprises comme Zara et H&M sortent de nouveaux produits chaque semaine. "Ce qui est dramatique dans la mode, c'est que les tendances sont temporaires. Si quelque chose n'est pas à la mode, alors il ne peut plus être vendu", explique Skjold durant l'émission.

H&M nie

H&M a réagi en déclarant que ces accusations étaient fausses. "Ce n'est bien sûr pas vrai", a déclaré un porte-parole de H&M à FashionUnited. "Les vêtements présentés dans le programme sont des commandes annulées qui ont été envoyées à l'incinération à cause de moisissures ou parce qu'elles ne respectaient pas nos strictes restrictions chimiques, ce qui est courant pour les commandes annulées."

Les journalistes ont récupéré deux pantalons envoyé à la société d'incinération et ont acheté deux pantalons du même modèle. Après les avoir fait analyser par un labo, ils n'ont trouvé aucune différence entre les vêtements. H&M a répondu que les tests effectués par Operation X différaient des leurs. Le géant de la mode se défend en avançant que les règles de sécurité sont respectées.

Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'H&M est accusé d'avoir détruit des vêtements utilisables. Au début de 2010, le détaillant de mode suédois a été accusé par le New York Times de couper et de jeter des vêtements non désirés dans un magasin de la 35th Street à New York . À l'époque, H&M avait promis de s'assurer que ces pratiques ne se reproduiraient jamais. Le géant a-t-il tenu sa promesse?

Déjà lu?