Vers une nouvelle guerre au Moyen-Orient: l'armée irakienne et les peshmergas sont sur le point de s'affronter à Kirkouk

Le Moyen-Orient, terre de guerres. L'armée irakienne a pénétré dans la province de Kirkouk, à la frontière avec le Kurdistan irakien. Une bonne partie de la province serait déjà sous son contrôle. Les autorités irakiennes ont lancé un ultimatum aux Kurdes et il prenait fin ce week-end. Il prévoyait la remise d'une base militaire et des champs de pétrole aux autorités irakiennes. Les Kurdes ont refusé et ont envoyé des combattants peshmergas pour défendre la ville du même nom.

Trois semaines après la tenue d'un référendum au Kurdistan irakien, les tensions sont vives entre Bagdad et Erbil, les deux capitales. Les deux camps s'auto-accusent de vouloir lancer les hostilités.

L'Irak veut en fait reconquérir ses terres laissées à l'abandon durant son conflit avec l'État islamique. Elles ont été reprises entretemps par les combattants kurdes qui en ont pris possession. Le Kurdistan irakien veut clairement profiter de la situation pour prendre son indépendance par rapport à l'Irak sunnite. Les États-Unis s'inquiètent de cette vive tension entre ses deux alliés contre l'EI.

250.000 barils par jour

L'armée irakienne vise en particulier une base militaire, un aéroport et les champs pétroliers de la province de Kirkouk. La production de pétrole y est quand même de 250.000 barils par jour, ce qui ferait le plus grand bien aux caisses d'un Irak ruiné par la guerre contre le terrorisme. La ville de Kirkouk est un premier objectif pour les forces irakiennes, mais si elle n'est pas une fin en soi.

Les deux présidents se sont rencontrés une ultime fois afin d'éviter les affrontements, mais sans succès. Chars, blindés et artillerie sont maintenant prêts à en découdre. Plusieurs rapports indiquent d'ailleurs que les hostilités ont déjà commencé.

Déjà lu?