Comme un air de Publifin: trois administrateurs (Ecolo, PS, MR) ont été payés pour ne rien faire

C'est la presse flamande qui le révélait samedi: plusieurs administrateurs de l'Ondraf, l'entité publique qui gère les déchets radioactifs et les matières fissiles en Belgique, ont touché des indemnités sans pour autant assister aux réunions. Il s'agirait avant tout d'un problème administratif... ou d'un grand amateurisme c'est selon.

Le premier nom qui est sorti est celui de l'Ecolo Hugues Latteur, représentant du gouvernement bruxellois. Depuis 2014, il n'a assisté qu'à une réunion de l'Ondraf. C'était en 2017. Il a ainsi touché des indemnités à hauteur de 6.000 euros par an, portant le total à 24.500 en quatre ans. L'Ecolo trouvait cette situation "bizarre" et aurait apparemment demandé plusieurs fois d'être démis de ses fonctions et ce dès janvier 2015. Des demandes restées sans réponse.

Les différents cabinets ministériels dont dépend l'Ondraf se renvoient maintenant la balle. Il semblerait que l'administrateur se soit perdu dans les méandres de l'administration. "Une situation kafkaïenne", réagit Latteur. Ou du grand amateurisme.

L'une est partie en Chine, l'autre en Grande-Bretagne

D'autant qu'il n'est pas le seul dans cette situation. Deux autres administrateurs sont également concernés: la socialiste Vanessa Texeira Dos Santos, qui travaillait dans les années 90 au centre d'étude du PS et qui vit maintenant en Grande-Bretagne. Et la MR Cécilia Vermeulen qui a fait ses valises pour la Chine. Les trois administrateurs figurent d'ailleurs toujours dans le conseil d'administration de l'Ondraf.

Le premier des trois a déclaré qu'il n'avait pas dépensé cet argent et qu'il allait le rembourser. Une position que s'est empressée d'adopter Zakia Khattabi, la co-présidente d'Ecolo, qui s'est dite "surprise". Faut dire qu'Ecolo a récemment joué les chevaliers blancs dans l'affaire Publifin, une affaire qui a porté un sacré coup à la classe politique.

Plusieurs questions restent encore sans réponse. Pourquoi les trois administrateurs ne se sont-ils pas manifestés plus tôt? Et comment est-ce possible que ces trois personnes aient touché des indemnités sans que personne ne s'en rende compte?

Marie Christine Marghem, ministre de l'Énergie, et Kris Peeters, ministre de l'Économie ont promis de demander des explications à l’organisme public.

Déjà lu?