"Notre participation peut être annulée par moi, à tout moment": Trump refuse de certifier l'accord sur le nucléaire avec l'Iran

Le président des États-Unis a donné son verdict à propos de l'accord sur le plan nucléaire iranien. Selon lui, cet accord est "l'un des pires" qui soit et il ne respecte pas les intérêts américains. Si Trump décide de ne plus certifier cet accord, la scène internationale vivra une période d'incertitude profonde. 

Donald Trump semble vraiment décidé à faire marche arrière sur la scène diplomatique internationale. Vendredi soir, le président des États-Unis a donné son verdict à propos de l'accord historique qui était censé empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. Résultat: il n'est pas question pour les États-Unis de certifier cet accord sur le nucléaire iranien.

Mais pourquoi? Selon Trump, il faut donner priorité à l'intérêt national et suivre le fameux slogan "America First" face à l'Iran, qualifié de régime "fanatique".

"Notre participation peut-être annulée par moi"

Selon lui, l'Iran est l'un des principaux "soutiens au terrorisme" et l'accord sur le nucléaire iranien est "l'un des pires" qui soit.

Il a aussi souligné que l'Iran, selon lui, ne respectait pas "l'esprit" de l'accord nucléaire et que les États-Unis allaient adopter des "sanctions dures" contre l'Iran. "Comme on l'a vu avec la Corée du Nord, au plus on ignore une menace, au plus le menace devient dangereuse", a-t-il déclaré durant la conférence de presse à la Maison Blanche. Il a ensuite fait savoir qu'il avait le pouvoir de mettre fin à cet accord à tout moment si lui et son équipe seraient dans l'incapacité de trouver une solution "avec le Congrès" et ses "alliés". "Il est sous examen permanent et notre participation peut être annulée par moi, en tant que président, à tout moment", a-t-il dit ensuite.

Quid de cet accord?

Mais qu'est-ce exactement cet accord sur le nucléaire? Et que va-t-il se passer si les Etats-Unis décertifie cet accord?

L'accord sur le plan nucléaire iranien s'appelle en réalité le "Plan d’action conjoint" (en anglais Joint Comprehensive Plan of Action). Cet accord a été signé le 14 juillet 2015 entre l'Iran, les États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et l’Allemagne) avec pour but d'empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique.

Une course aux armements?

Ce traité est entré en vigueur en janvier 2016, au moment où le régime iranien a prouvé qu'il respectait ses engagements afin de garantir que son programme nucléaire restait civil et pacifique. En retour, les États-Unis et l'Europe ont levé leurs sanctions envers l'Iran.

Mais selon Trump, l'Iran ne respecte pas le quatrième point de cet accord qui stipule que "L’accord de 2015 reste vital pour l’intérêt et la sécurité nationaux des États-Unis". En conséquence, si les États-Unis décident de ne plus certifier cet accord, une période d'incertitude s'en suivra sur le plan international, car le Congrès américain devra ensuite prendre la décision de oui ou non réimposer les sanctions levées depuis 2015. Et cette décision pourrait, comme un expert l'a expliqué au journal Le Monde, mener à la course aux armements et à la prolifération nucléaire.

Khoramshahr

Pour rappel, l'Iran a dévoilé des images en septembre d'un test de missile balistique Khoramshahr, dont la portée serait de 2.000 kilomètres et qui devrait être "opérationnel dans un avenir proche". Ces images sont sorties peu de temps après que le président des États-Unis avait décrit l'Iran comme une dictature "corrompue", de régime "meurtrier" et "d’État voyou" lors d'un discours à l'ONU.

Les États-Unis se sont déjà retirés de l'accord sur le climat et de l'Unesco. L'affaire avec l'Iran maintenant n'annonce rien de bon pour le paysage diplomatique international.

Lis aussi