Le très critiqué Pascal Smet (sp.a) va encore se faire des amis avec son nouveau projet pour Bruxelles

Être ministre de la Mobilité à Bruxelles, voilà un des métiers les plus difficiles qui soit. Pascal Smet (s.pa) en fait tous les jours l'expérience. Ici, c'est son projet de piste cyclable sur la Petite Ceinture qui est critiqué. Et plus particulièrement la fermeture programmée du rond-point Porte de Namur. Celle-ci doit mener à la suppression du trafic entre la rue et la Porte de Namur.

"Je dérange et je sais pourquoi: j'opère un changement de paradigme à Bruxelles, je veux que ce ne soit plus une ville pour des voitures, mais pour les gens", le ministre Pascal Smet a tout déballé hier dans son interview accordée au Vif.

Critiqué lors de sa gestion de la crise des tunnels, démoli pour la récente fermeture du viaduc Herrmann-Debroux, le ministre de la Mobilité bruxellois poursuit sa politique, coûte que coûte, et malgré les insultes: la "catégorie de la population qui m'attaque, très conservatrice, n'hésite d'ailleurs pas à utiliser des arguments antinéerlandophones et antigays. J'ai déjà lu sur les réseaux sociaux: 'Retourne vers la Flandre avec ton vélo sans selle et tu vas aimer ça, enc...!'".

Une piste cyclable qui ne fait pas l'unanimité

S'il est vrai que certains se croient encore tout permis à Bruxelles en voiture, le ministre Pascal Smet manque parfois de pédagogie et de concertation. Dernier exemple en date: son projet de piste cyclable sur la Petite Ceinture de la capitale, qui va de la place Madou jusqu'à la porte de Namur.

Plusieurs choses posent problème à l'association Quartier des Arts. Si elle partage l'ambition du ministre de garantir plus de sécurité à tous les usagers, elle regrette la probable fermeture du rond-point Porte de Namur, qui selon elle, va augmenter les bouchons un peu plus loin: au rond-point d'à côté, juste devant The Hotel.

"Pas un mot n’en a été dit en commission de concertation, nous avons découvert que le plan prévoit l’obligation pour le trafic routier de tourner à droite en haut de la rue de Namur sans plus de possibilité d’emprunter le rond-point pour aller vers la chaussée d’Ixelles ou pour tourner à gauche", explique Michel Van Roye (Quartier des Arts) pour La Capitale. "Ce n'est pas acceptable".

Le porte-parole de l'association regrette aussi les nombreuses suppressions de parking qu'engendreront les travaux d'aménagement de la piste cyclable, "alors que les parkings souterrains sont généralement saturés". De manière générale, l'association prône davantage un projet de piste cyclable où les véhicules seraient encore autorisés à circuler et un maintien partiel du stationnement. Une situation moins extrême.

Le MR en veut-il au ministre?

Le MR met aussi pas mal de bâtons dans les roues du ministre. D'abord avec cette sortie de Vincent De Wolf, bourgmestre d'Etterbeek et chef de groupe MR, qui a tout simplement traité Pascal Smet "d'incompétent" ou "d'irresponsable" (au choix), en réaction à sa gestion du viaduc. Ce à quoi le ministre de la Mobilité a répondu de manière assez virulente: "Une partie du MR y est allergique (à un Bruxelles sans voiture). Ils veulent continuer à rouler avec leur bagnole de luxe à n'importe quelle vitesse. Je suis leur ennemi".

Les choses ne vont visiblement pas s'arranger puisque maintenant c'est la Ville de Bruxelles et l'échevin MR de l'urbanisme qui sont "opposés" au projet de piste cyclable "tel qu'il est présenté". Pour les mêmes raisons que l'association d'ailleurs, en plus d'un problème de sécurité lié au bus 71 qui peut rouler dans les deux sens.

Bref, le ministre va devoir améliorer sa communication, faire preuve de patience et d'écoute. Sans quoi, il risque de se mettre tout le monde à dos pour appliquer sa politique de mobilité (on ne te parle même pas de la crise de taxis). Son désir de faire de Bruxelles une capitale avec le moins de voitures possible n'est que peu contesté. Une majorité de Bruxellois en rêverait d'ailleurs. Le souci se situe plutôt dans la méthode pour y parvenir. Sans compromis, pas de résultat dans ce pays.

Déjà lu?