La 6ème extinction massive est en cours: à peine deux poussins ont survécu dans une colonie de 40.000 manchots Adélie 

Des milliers de poussins sont morts de faim cette année au pôle Sud. Sur une colonie de 40.000 manchots Adélie qui habitent sur l'île Petrels, seuls deux oisillons ont survécu sur 18.000. Il y a deux ans, au sein de la même colonie, aucun poussin n'a survécu. La cause: le réchauffement climatique. 

Des chercheurs français se sont intéressés à une colonie de 18.000 paires de manchots Adélie en Antarctique occidentale. Ils ont établi un triste constat, après la saison de reproduction, seuls deux poussins ont survécu.

Selon Yan Ropert-Coudert, un expert en manchots de la base scientifique Dumont d'Urville, située à côté de la colonie, la région est confrontée aux effets du changement climatique. Et plus précisément, la rupture du glacier Mertz en 2010. Cet immense morceau de glace (80km sur 40) s'est détaché et a dérivé à 250 km de la colonie.

Il y a quatre ans, la colonie, qui comptait alors 20 196 couples reproducteurs, a connu une saison de reproduction dans laquelle aucun poussin n'a survécu. En cause, des températures exceptionnellement élevées et de fortes pluies suivies d'une baisse rapide de la température. Les poussins ont été trempés et frigorifiés.

100 kilomètres pour chercher à manger

Cette année encore, les parents de pingouins ont dû parcourir de plus longues distances pour trouver de la nourriture: jusqu'à 100 kilomètres.

Cela semble contradictoire, mais ce n'est pas le cas: il y a plus de banquise parce que la fonte des glaces augmente le niveau d'eau douce dans la mer et que l'eau douce gèle plus facilement. Cet effet disparaîtra dans quelques années, lorsque la température de l'eau de mer augmentera.

L'année dernière, 150 000 manchots d'Adélie d'une autre colonie située sur le Cap Denison sont morts parce qu'ils devaient marcher environ 120 km pour trouver de la nourriture. Un morceau de glace qui s'est détaché les empêchait d'accéder à leur lieu de pêche.

Déjà lu?