"Puigdemont a plongé la Catalogne dans l'incertitude", estime le gouvernement espagnol 

Le discours de Carlos Puigdemont, il fallait s'y attendre, n'a pas été bien accueilli du côté de Madrid. Le président catalan a signé une proclamation d'indépendance avant de la mettre en suspens et pour le gouvernement espagnol, c'est l'attitude de quelqu'un qui "ne sait pas où il est, ni où il va".

Des centaines d'objectifs étaient pointés hier soir sur le président catalan. Chacun des mots prononcés durant son discours sur l'avenir de la Catalogne passait instantanément par le filtre des médias pour être décortiqué par des dizaines d'analystes politiques. Cette région du nord-est de l'Espagne allait-elle finalement se défaire de cette domination séculaire?

Le résultat a été plutôt équivoque. La voie médiane choisie par le président catalan, pas vraiment indépendant, mais plus vraiment subordonnée, a été interprétée comme un "oui mais non". Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol, est catégorique: il demande à Carlos Puigdemont de retirer sa déclaration d'indépendance de la Catalogne, nous apprend El Pais. Dans le cas contraire, menace-t-il, son gouvernement devra prendre des mesures exceptionnelles.

"Ne sait pas où il va"

Sur Twitter, la vice-présidente espagnole Soraya Sáenz de Santamaría‏ a déclaré que le président catalan avait plongé son territoire "dans la plus grande incertitude". La numéro deux du gouvernement espagnol a également annoncé à la presse que l'allocution de Puigdemont était "le discours de quelqu'un qui ne sait pas où il est, ni où il va, ni où il veut aller".

Le ministre espagnol de la Justice, Rafael Catala, est resté sur la même ligne qu'auparavant, celle du gouvernement espagnol: pour lui, le référendum était illégal et ses résultats ne valaient rien. Du coup, la déclaration d'indépendance promulguée en rétropédalage par Puigdemont sur base des résultats du référendum n'a pour lui aucune valeur.

Juste avant le discours de l'homme fort de Catalogne, le Président du Conseil de l'Europe Donald Tusk demandait à Puigdemont d'opter pour le dialogue. "J'appelle Carlos Puigdemont à ne pas annoncer une décision qui rendrait le dialogue impossible. Examinons toujours ce qui nous unit. Uni dans la diversité." avait-t-il tweeté. Le dialogue est-il maintenant possible? Le gouvernement espagnol se réunit aujourd'hui à 9H00... on verra comment se dérouleront les choses.

Déjà lu?