Carles Puigdemont suspend la déclaration d'indépendance et demande plus de temps pour les négociations 

C'était une journée sans fin pour les Espagnols. Carles Puigdemont, le président séparatiste catalan devait donner un discours devant le parlement régional à 18h ce mardi. Mais l'attente fut plus longue que prévue puisqu'il s'est exprimé à 19h finalement. Un moment de stress pour le gouvernement de Mariano Rajoy puisqu'il allait peut-être proclamer l'indépendance. Mais au moment de prononcer son discours, on a vite compris que la sortie de la Catalane ne serait pas pour tout de suite. Il a demandé du temps pour pouvoir négocier. 

Des milliers de personnes étaient rassemblées devant le parlement catalan en ce début de soirée. La question de l'indépendance divise fortement les Espagnols, mais c'était au président de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont, de trancher ce soir. Après s'est lancé dans une analyse historique sur la revendication indépendantiste, rappelant notamment l'échec de la dernière demande, Carles Puigdemont est aussi revenu sur les violences qui ont émaillé le référendum du 1er octobre.

La pression à son comble

Depuis la tenue du référendum, interdit par Madrid, la tension n’a cessé de grimper entre le pouvoir central et les dirigeants de la région autonome. Carles Puigdemont était d’ailleurs dans une position délicate depuis notamment la grande manifestation rassemblant 350.000 personnes en faveur du maintien de l'unité de l'Espagne. Sans compter que le gouvernement espagnol avait lancé un dernier appel à Carles Puigdemont ce mardi, l’exhortant à ne rien entreprendre d’«irréversible» lors de son discours. Les dirigeants de l'Union européenne l'ont aussi averti qu'ils ne reconnaîtraient pas une Catalogne indépendante.

L'indépendance suspendue

Si il n'a pas déclaré formellement l'indépendance de la Catalogne, il a affirmé que la région serait "un Etat indépendant sous la forme d'une République". Mais à l'heure actuelle, on ne sait toujours pas clairement si Puigdemont a déclaré indépendance ou non. Il déclarait dans son discours qu'il était prêt à dialoguer. En réalité, ça lui permettait surtout de gagner du temps puisque ce soir, il apparaissait clair que Carles Puigdemont nuançait ses propos. Il affirmait: "le gouvernement catalan fait un geste de responsabilité. Nous nous en remettons au dialogue." Carles Puigdemont appelle donc maintenant à la médiation et aux négociations. Mais jusque quand? C'est une affaire à suivre! Même si là on a envie de dire: tout ça pour ça?

Déjà lu?