L'Islande entre dans l'histoire en se qualifiant pour sa première Coupe du monde et voilà pourquoi c'est une excellente nouvelle

L'Islande est devenue le pays le moins peuplé à se qualifier pour la Coupe du monde de football après sa victoire face au Kosovo (2-0) lundi soir. Après avoir emballé les foules à l'Euro 2016 en France, les Vikings partent à la conquête du monde et on ne peut que s'en réjouir.

Imagine un peu si Anvers réussissait à se qualifier pour la Coupe du monde de football. Ou Gand. C'est l'exploit pourtant que vient de réaliser l'Islande, un pays qui compte quasiment autant d'habitants que les deux villes les plus peuplées de Belgique derrière Bruxelles.

Pour te donner une idée de la portée de cet exploit: le record précédent appartenait à Trinité-et-Tobago, qualifié en 2006 alors que le pays ne compte "que" 1,3 million d'habitants. En Islande, ils ne sont que 340.000 habitants et les Vikings vont pourtant défier le monde dans quelques mois en Russie.

Un autre chiffre pour que tu te rendes bien compte: en Belgique, il y a plus de 410.000 personnes qui sont inscrites dans un club de football. En Islande, elles ne sont "que" 20.000 et il n'y a que 100 joueurs de football professionnels, éparpillés un peu partout en Europe.

"C'est indescriptible"

La Turquie, la Croatie ou l'Ukraine, favoris annoncés de ce groupe après le tirage au sort, auraient pourtant dû se méfier. Car l'Islande n'est plus vraiment une surprise. L'année dernière, les coéquipiers d'Aron Gunnarsson avaient déjà impressionné lors de l'Euro en France, dont ils avaient atteint les quarts de finale après avoir humilié l'Angleterre en 8e (2-1). Un exploit qui en appelait d'autres.

"Je pensais, après l'Euro 2016, que le plus difficile serait de se remotiver", a avoué le sélectionneur Heimir Hallgrimsson à l'AFP. "La première bière après une fête n'est pas la meilleure. Le plus difficile a été de se relancer après l'énorme fête de l'Islande en France." Mais ses joueurs ont réussi à se dépasser pour finir en beauté devant leur public face au Kosovo, assurant la qualification grâce à leur victoire (2-0).

"C'est indescriptible. Ça été un long voyage pour nous", a lâché le gardien Hannes Halldorsson après la qualification. "Nous avons fait un beau parcours à l'Euro mais avoir la possibilité de le réaliser encore au Mondial, terminer le travail, c'est juste un motif de fierté incroyable, et nous sommes si contents."

8% de la population

Les Diables Rouges sont donc prévenus. S'ils tombent contre les Islandais au Mondial, ils auraient face à eux tout un pays ou presque. L'été dernier en France, près de 24.000 Islandais avaient fait le déplacement. Soit 8% de la population: c'est comme si 908.000 Belges étaient allés supporter Eden Hazard and co à l'Euro!

En plus de ça, les fans islandais ont montré un super état d'esprit, bien loin de la sale image laissée par les hooligans russes ou anglais. Et ils ont vraie communion avec leurs joueurs: leur clapping à la fin de chaque match est devenu leur marque de fabrique. Celui réalisé par les 9.000 personnes présentes à Reykjavík dans le stade Laugardalsvöllur lundi soir pour la qualification a déjà fait le tour du monde (voir le tweet ci-contre).

Quant à leur équipe, elle apporte un vent de fraicheur sur la scène internationale. Tous les quatre ans, il y a toujours un petit nouveau qui parvient à s'incruster mais qui prend fessée sur fessée à la Coupe du monde. Pas sûr que ce sera le cas avec les Islandais. Même s'ils ne pratiquent pas le plus beau football qu'il soit, leur esprit d'équipe, leur courage, leur science tactique et leur puissance font des Islandais des adversaires bien difficiles à bouger et à battre. Et tomber contre eux lors de la Coupe du monde en Russie ne sera pas une partie de plaisir...

Déjà lu?