Nouvelle démonstration de rhétorique pour Trump: cette fois-ci, il s'embrouille avec la maire de la capitale de Puerto Rico

Donald Trump a encore montré ses réels talents de communicant ce week-end. Après que Carmen Yulín Cruz, maire de San Juan, la plus grosse ville de Puerto Rico, ait critiqué son manque d'investissement après le passage de l'ouragan Maria, son compte Twitter a chauffé. En réponse à cette critique, Trump a décidé de la basher et brandit son "fake news" pour la énième fois. 

Il semblerait que Trump et son copain le concept "fake news" soient inséparables. Critiqué pour sa gestion de crise après le passage de Maria à Puerto Rico, il se braque, bashe, tweete et n'a de nouveau aucune limite.

Samedi, le président des États-Unis a dû faire face à de lourdes critiques de la part de la maire de San Juan. "J'en ai marre d'être politiquement correcte. Je suis hors de moi. Donc, je demande à la presse, d'envoyer un message d'urgence à travers le monde. On meurt ici" a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse. "Je ne comprends pas que la plus grande nation du monde n'arrive pas à gérer la logistique pour petite une île de 8.780 mètres carrés."

La maire a encore poussé un peu plus loin sa critique en déclarant: "Si ça ne s'arrête pas, et qu'on ne met pas de le nourriture et d'eau dans les mains des gens, ce qu'on va voir ici va être proche du génocide".

En réaction à de tels propos, Donald Trump a de nouveau brandi son drapeau préféré: fake news! Il a donc balancé un certain nombre de tweets appelant les Portoricains à ne pas croire ce que les médias disent à propos de la gestion des secours par le gouvernement. Pour lui, il s'agit d'un manque de respect envers les "10.000" personnes mobilisées pour venir en aide à l'île totalement dévastée.

Il tâcle la maire de San Juan

L'ouragan Maria a mis 3,4 millions de personnes à la rue, sans eau, sans nourriture et sans électricité. Et le gouvernement de Donald Trump est accusé d'avoir accordé moins d'attention et moins d'aide aux habitants de Puerto Rico qu'à ceux du Texas et de Floride. Mais Donald Trump a vraiment mal digéré les remarques de la femme forte de Puerto Rico. San Juan est en effet la plus grande ville de l'île. En réponse à son appel à plus de moyens pour les habitants de Puerto Rico, voilà ce que Trump a répondu.

"La maire de San Juan, qui était très élogieuse il y a quelques jours, a été convaincue par les Démocrates d'être mauvaise envers Trump."

"Quelle capacité de leadership médiocre de la part du Maire de San Juan, et d'autres à Puerto Rico, qui ne savent pas faire en sorte que leurs travailleurs aident. Ils..."

"... veulent qu'on fasse tout pour eux sans qu'il y ait le moindre effort de la part de la communauté. 10.000 travailleurs fédéraux font un boulot incroyable maintenant sur l'île"

Il continue en pointant du doigt la responsabilité des fake news

Selon lui, tout ça n'est encore que le moyen de l'atteindre lui en tant que personne, et non un véritable appel à l'aide des autorités de l'île dévastée par Maria. "Les fake news sur CNN et NBC se démènent pour dénigrer nos First Responders dans le but "d'atteindre Trump" " a-t-il tweeté. Ce n'est pas juste pour eux et leurs efforts!". Trump défend ainsi les travailleurs du gouvernement envoyé sur l'île mais montre encore une réelle obsession envers les médias et semble se tromper de combat.

Hasard ou non, il a en tout cas déclaré sur Twitter également que Melania et lui se rendraient à Puerto Rico mardi prochain.

Déjà lu?