Pour la première fois dans l'histoire, un appel vidéo quantique a été réalisé entre deux continents 

Ça n'a l'air de rien mais c'est un pas décisif qui a été fait vendredi dans le monde de la science: le premier appel vidéo crypté de façon quantique a eu lieu. Le président de l'Académie chinoise des sciences a joint le président de l'Académie autrichienne des sciences grâce à un satellite spécial. Ce premier pas pourrait signer l'avènement d'un nouvel internet.

Sécuriser un appel vidéo au niveau quantique, c'est le genre d'info qui semble tout droit sorti d'un bouquin de Phillip K. Dick, cet auteur de science-fiction totalement allumé. Pourtant, cet appel a bien eu lieu vendredi et, selon les scientifiques derrière le projet, c'est l'appel le plus crypté qui existe au monde. Soit un appel tellement sécurisé que même les meilleurs hackers de la planète ne pourraient pas craquer son contenu.

Chunli Bai, le président de l'Académie chinoise des sciences, et son collègue Anton Zeilinger, président de l'Académie autrichienne des sciences, ainsi que Heinz W. Engl, recteur de l'Université de Vienne, ont réalisé un appel en vidéoconférence - qui a été chiffré à l'aide de la technologie quantique. L'appel, parti de Pékin pour atteindre Vienne, a transité par le satellite chinois Micius.

Un million de fois plus safe

Cet appel est "un million de fois plus sécurisé qu'un appel réalisé avec des méthodes conventionnelles de cryptage", peut-on lire sur le site de l'Académie autrichienne. L'avantage des technologies quantiques est qu'elles sont impossibles à hacker à cause des lois de la physique quantique: deux particules émises simultanément, même distantes de milliers voir de milliards de kilomètres, agissent de la même façon, comme si elles n'étaient qu'une seule particule.

"Si quelqu'un tente d'intercepter les photons échangés entre le satellite et la station au sol pour mesurer leur polarisation, l'état quantique des photons sera modifié par cette tentative de mesure, exposant immédiatement les pirates informatiques", explique Johannes Handsteiner de l'Académie Autrichienne des Sciences.

En gros, si quelqu'un autre que l'émetteur et le récepteur touche au message envoyé, ces derniers le sauront immédiatement car l'information sera altérée au niveau atomique.

Comment? Accrochez-vous, ça secoue.

Le satellite Micius a d'abord généré des photons, des particules de lumière, avec une direction d'oscillation aléatoire. Ce procédé est appelé la polarisation. Les photons simples avec leurs différentes polarisations ont ensuite été transmis sous la forme d'une séquence de zéros à la station autrichienne. Là, les états de polarisation ont été mesurés et comparés au hasard avec la séquence envoyée par le satellite. Lorsque les données mesurées sont cohérentes, l'émetteur et le récepteur obtiennent une première clé quantique.

Une fois que c'est fait, la même action est réalisée entre la station chinoise et le satellite, de sorte que Micius obtient deux clés quantiques. À l'aide des deux clés "distinctes" et d'une autre clé combinée, les deux stations terrestres peuvent générer un code commun pour le cryptage et le décryptage de l'information... Oui, c'est balèze et complexe mais ce qu'il faut retenir, c'est qu'un nouveau système de communication est en train de se mettre en place. On pourrait peut-être un jour avoir un internet quantique, soit un internet ultra-sécurisé.

Cette vidéo explique comment se fait un appel quantique (ici entre deux villes chinoises):

 

Déjà lu?