À Paris, la taille 32 c'est vraiment fini

La Fashion week bat son plein à Paris et cette année, ce ne sont pas tellement les vêtements qui font parler d'eux mais plutôt les mannequins et leur... taille! Car deux grands groupes qui jouent un rôle énorme dans le milieu ont décidé de signer un charte pour lutter contre la maigreur des mannequins. Une charte qui va au-delà de la nouvelle législation entrée en vigueur en France en mai dernier. 

Si tu ne le savais pas encore, la France a réformé son secteur de la mode et du mannequinat, en légiférant pour lutter contre l'anorexie des mannequins. La nouvelle avait révolutionné le monde français de la beauté et du luxe le 4 mai dernier. Concrètement, ce que la loi sur l'emploi des mannequins a changé, c'est premièrement que chaque mannequin qui souhaite exercer sur le sol français, doit présenter un certificat médical. Deuxièmement, toute retouche dans le but d'affiner ou épaissir une silhouette sur une photo à usage commercial devra être doit être précisée.

En plein Fashion week, Paris agit

À la veille de la Fashion week, deux grands groupes d'entreprises dans le milieu de la mode et de la beauté ont joué un carton décisif. LVMH et Kering ont décidé de signer une charte entre eux pour taper sur le clou et se positionner par rapport à la lutte contre l'anorexie.

Le géant LVMH, notamment propriétaire de Louis Vuitton, Kenzo, Querlain, Marc Jacobs, Givenchy, Bvlgari ou encore Moët & Chandon et Sephora, s'est associé à son jumeau géant, Kering, qui représente des marques comme Gucci, Yves Saint Laurent, Puma ou Volcom. L'idée de cette charte, est à la fois symbolique et emblématique. François-Henri Pinault, PDG de Kering a notamment déclaré à l'AFP: "Nous voulions aller vite et frapper fort, pour que les choses bougent vraiment, et essayer d'inciter au maximum les autres acteurs de la profession à nous suivre." Les deux mesures entreront en vigueur dès le 1er octobre.

Concrètement, que contient cette charte co-signées par les deux groupes égéries de la mode? Eh bien, deux mesures très précises: premièrement, aucun mannequin faisant moins que la taille 34 ne pourra fouler les défilés organisés par leurs marques. Deuxièmement, aucune jeune fille de moins de 16 ans ne pourra participer, ceci pour éviter que des enfants représentent des adultes.

Ces deux mesures servent le même objectif que la loi de mai dernier: lutter contre l'anorexie chez les jeunes filles et abolir cette façon qu'on a de faire l'éloge de la maigreur.

Mais bon...

Un ancien dirigeant de LVMH a expliqué au Monde que: ""Avec cette charte, François-Henri Pinault, PDG de Kering, et Bernard Arnault, PDG de LVMH, se dotent d’un moyen de canaliser les directeurs artistiques de leurs marques et de leurs équipes". Un photographe influent a également déclaré dans le Monde que l'objectif était surtout d'éviter "leurs dérapages". Parce que "au fond, est-il normal de demander qu'une femme d'1,80 s'habille en taille 34, soit l'équivalent d'une taille 14 ans?"

Déjà lu?