Tiens tiens, ce n'est pas comme Hillary Clinton? Au moins 6 proches de Trump utiliseraient leur mail privé pour le boulot

Oh mais quelle coïncidence! Selon le New York Times, "au moins six conseillers proches" de Donald Trump utiliseraient leur boîte mail privée pour communiquer dans le cadre du boulot. Alors que c'est précisément ce qui a fait tomber sa concurrente aux élections présidentielles, Hillary Clinton. Et que Trump n'a eu de cesse de la traiter de "corrompue". Le pire, c'est qu'au rang des accusés, on trouve... sa propre fille.

Gros retournement de situation! Le conseiller principal de la Maison-Blanche et beau-fils de Donald Trump, Jared Kushner, faisait déjà les gros titres hier, lui qui a déjà été pointé du doigt dans l'affaire sur les possibles ingérences russes dans la campagne électorale américaine. Cette fois-ci, le site Politico dévoilait qu'il avait envoyé et reçu environ 100 mails sur les 7 premiers mois de la présidence de Trump. Tout ça sur sa boîte mail privée, au lieu de son compte officiel. Le média affirmait même avoir eu sous les yeux "environ deux douzaines" de ces mails. Le souci, c'est que c'était chaque fois pour parler boulot.

La propre fille de Trump

Mais les choses sont plus graves encore, à en croire les nouvelles révélations du New York Times. En plus de Kushner, "au moins" cinq autres proches du président américain auraient également utilisé plusieurs fois leur compte privé pour envoyer des mails liés au boulot. Steve Bannon, le très controversé conseiller stratégique de Trump, qui a quitté le navire de lui-même en août dernier. Reince Priebus, le secrétaire général de la Maison-Blanche, qui a démissionné, lui aussi, à cause de ses mauvaises relations avec l'ex responsable de la communication, Anthony Scaramucci. D'autres conseillers un peu moins connus comme Gary Cohn et Stephen Miller. Et enfin... Ivanka Trump, sa propre fille.

L'avocat de Jared Kushner, Abbe Lowell, l'a déjà défendu en soulignant qu'il s'agit de "moins de 100 mails, de janvier jusqu'à août, envoyés à ou renvoyés par M. Kushner à des collègues à la Maison-Blanche depuis son compte privé". Il affirme également que ce sont souvent des articles de presse ou des commentaires politiques. Et que, la plupart du temps, c'est l'autre interlocuteur qui a entamé la conversation sur son adresse privée. Sauf que, toujours à en croire Politico, il s'agit plutôt de mails concernant la couverture médiatique, l'organisation d'évènements et d'autres sujets liés à la Maison-Blanche.

Illégal

Nul doute que ces révélations vont faire mal. Car aux États-Unis, il existe des lois fédérales qui obligent de conserver toutes les communications issues de la Maison-Blanche. L'utilisation d'une boîte mail privée par ses occupants est donc considérée comme illégale.

D'autant plus que cette histoire rappelle étrangement le cas de Hillary Clinton. La candidate démocrate malheureuse aux élections présidentielles était justement accusée d'avoir communiqué avec sa boîte mail privée, alors qu'elle était à l'époque secrétaire d'État sous Barack Obama. Si le FBI a finalement classé l'affaire sans suite, celle-ci a tout de même ruiné sa campagne et très certainement conduit à sa défaite face à Trump. Ce dernier n'ayant eu de cesse de dresser l'électorat contre elle, la traiter de "corrompue", de "criminelle" et réclamer carrément qu'elle soit "enfermée".

Comme quoi, il vaut mieux balayer devant sa porte avant de juger les autres...

Déjà lu?