Merkel va composer une coalition jamaïcaine avec les victimes de l'extrême-droite. Mais de quoi parle-t-on?

Avec 12,6% des voix, l'extrême-droite Alternative für Deutschland (AfD) forme maintenant le troisième parti de l'Allemagne, un score qui lui a ouvert la porte du Parlement. En plus d'être un choc psychologique pour Angela Merkel, ce nouveau venu va clairement compliquer la formation du prochain gouvernement. Voici pourquoi.

Avec l'AfD, on a pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale un parti populiste de droite au Bundestag. Ce résultat a entraîné la nuit dernière de nombreuses manifestations dans des villes allemandes, comme celle l'Alexanderplatz à Berlin. Pourtant, il y a quatre ans, le parti anti-immigration n'avait pas atteint le seuil de vote de 5%.

Tournez-ça comme vous le voulez mais il faut le noter: la montée de l'AfD reflète l'insatisfaction grandissante face à la politique menée par la chancelière Angela Merkel avec les réfugiés. Au début de l'année, l'AfD était encore au stade larvaire et la mort de son président le mois dernier a été suivie de nombreux bouleversements internes. Si le parti apparaissait dans les journaux, c'était surtout pour les déclarations extrémistes de certains de ses membres. Et pourtant, ce dimanche, l'AfD a obtenu un très bon résultat.

Un million d'électeurs

Plus d'un million d'électeurs de Merkel et de CDU / CSU ont rejoint la droite populiste d'Alternative Für Deutschland. Merkel a clairement libéré le passage pour la droite ces dernières années. Elle a tiré son parti vers la gauche et accueilli un million de réfugiés dans le pays, ce qui a déplu à un nombre considérable d'électeurs.

Le CDU / CSU, le parti de Merkel, a obtenu de nombreuses voix (33%) et il reste encore le plus grand parti en Allemagne. Mais si l'on reprend les chiffres des élections fédérales de 2013, le parti a perdu 8,5% des voix .

L'AfD n'est pas le seul parti à avoir bénéficié de ces votes de protestation. D'autres partis de l'opposition, comme Die Linke et Grüne (les Verts), ont pris du poids lors des élections précédentes. Même les libéraux du FDP s'en sont bien sortis. Le parti n'a pas atteint le seuil électoral lors des précédentes élections mais il a obtenu 10% de voix à ces dernières.

Problème supplémentaire

Merkel a un problème supplémentaire: son partenaire actuel dans la coalition, le SPD de Martin Schulz, a également pris un sacré coup. Le SPD a obtenu 20,5% des voix, soit une perte de 5,2%. Notons que c'est le pire résultat que le SPD ait jamais obtenu en 70 ans.

Néanmoins, avec un résultat pareil, la coalition aurait pu s'en sortir sans trop de casse. Le problème est que Martin Schulz a annoncé qu'il n'irait pas au gouvernement. Dorénavant, "la place du SPD est dans l'opposition", a-t-il assuré. Hé oui, les quatre prochaines années, le SPD va tenter de faire peau neuve.

Jamaïque

Voici donc à quoi ressemble le paysage politique allemand. Personne ne veut gouverner avec l'AfD. Il n'y a donc qu'une seule coalition réalisable et faisable possible: la CDU / CSU avec le FDP et les Verts, également appelée la "coalition jamaïcaine" à cause des couleurs de ses membres: CDU / CSU (noir), FDP (jaune) et Grünen (vert). Le FDP s'en est sorti avec 10,7% et Grünen a terminé à 8,9%.

Pour travailler ensemble, cette coalition jamaïcaine va devoir faire de sérieux efforts. Les partis qui la composent sont opposés sur de nombreux points. La principale raison vient du fait que le CSU, la petite sœur bavaroise du CDU, a perdu énormément et elle accorde beaucoup d'importance à l'accueil des réfugiés. Ce qui est loin d'être le cas de Grünen.

Ce sera donc une coalition compliquée qui va prendre du temps à se mettre en place.

Déjà lu?