Mais que vont faire les étudiants qui ont raté l'examen de médecine? Certains se réorientent, d'autres font des recours

3.470 étudiants ont passé l'examen de médecine et de dentisterie vendredi dernier et c'était un véritable carnage. Seuls 18% ont réussi. Mais bon nombre ont décidé de ne pas se laisser faire et de protester. Ils ont introduit un recours.

L'examen d'entrée de médecine et de dentisterie a été une véritable boucherie. Au départ, les étudiants étaient 3.470 mais seuls 18% d'entre eux ont réussi, soit 641 personnes. Du côté de l'UMons par exemple, 529 étudiants ont présenté l'examen mais il n'y a que 63 survivants, soit à peine plus de 10%. D'habitude, l'UMons compte 350 inscrits en première année. L'UMons se conforme à la loi mais regrette cet examen: "Il ne s'agit pas de tester les capacités des étudiants afin de s'assurer qu’ils sont en mesure d'entamer des études de médecine, non, le but est bien de limiter le nombre d'inscrits" se désole le recteur Calogero Conti à la RTBF.

L'ULB dresse le même constat. Il y a 62 étudiants inscrits contre 400 d'habitude. Mais la (bonne) surprise est que le nombre de professeurs restera le même selon les universités, l'enseignement sera donc beaucoup plus adapté à chaque étudiant: "Cela renforcera le contact entre le professeur et les étudiants, ce qui était déjà la spécificité de l’université de Mons. Le nombre d’enseignants restera identique", explique Alexandre Legrand, le doyen de la faculté de médecine de Mons. De ce côté là, c'est une avancée plutôt positive.

Que vont faire ceux qui sont recalés?

Mais que vont faire les plus de 80% d'élèves restés sur le tapis, on peut se poser la question. Certains se sont résignés et se sont dirigés vers d'autres études dans le domaine médicale comme les sciences bio-médicale. D'autres ont justement choisi ce secteur pour se préparer et revenir en force pour présenter l'examen l'année d'après avec l'espoir d'une meilleure réussite (car oui, on peut présenter l'examen deux années de suite). L'UCL constate d'ailleurs une énorme augmentation dans les inscriptions dans ce secteur, il y a un boom de + 158 %, soit 124 étudiants en 2017 contre 48 en 2016. Les inscriptions en pharmacie ont aussi augmenté de 15%.

D'autres encore sont bien décidés à ne pas laisser tomber les armes. Ils estiment avoir été lésés et ont introduit des recours... Courage!

Déjà lu?