La Catalogne vote un référendum de divorce: le 1er octobre, elle pourrait vraiment devenir indépendante

Le parlement de la région espagnole de Catalogne a accepté de tenir un référendum pour obtenir son indépendance vis-à-vis de l'Espagne. La majorité du parlement catalan était en faveur de la loi qui autorise la tenue de ce référendum. Celui-ci se tiendra le 1er octobre et il pourrait bien donner lieu à un Catalexit. Selon des experts financiers, les conséquences pourraient être encore plus graves qu'un Brexit.

La Catalogne représente 21% du PIB espagnol et 19% de la population espagnole vit dans cette région. C'est donc assez proportionnel même si la Catalogne ne touche que 8% des investissements totaux faits par l'Espagne.

Cela fait déjà trois ans que les politiciens séparatistes exigent un référendum officiel pour obtenir l'indépendance de la région. Mais c'est seulement maintenant qu'il se concrétise. À l'époque, environ 80% des électeurs avaient voté pour la séparation de l'Espagne, mais seulement 2,3 millions sur les 5,4 millions d'électeurs inscrits avaient voté. Selon les sondages les plus récents, les Catalans opposés à la séparation seraient aujourd'hui plus nombreux que les Catalans séparatistes.

Et si?

Si une majorité soutient l'indépendance catalane, l'indépendance sera déclarée en quelques jours. Si le camp du non gagne, des élections anticipées vont être organisées pour élire un nouveau gouvernement. Le Premier ministre catalan Carles Puigdemont a déjà indiqué que le taux de participation au référendum ne serait pas pris en compte. Donc, même si seulement 40% des électeurs votent, le résultat du vote sera valide.

Le gouvernement pro-indépendance a également déclaré que si le gouvernement espagnol ne participait pas au référendum, la Catalogne ne se mêlerait plus de la souveraineté espagnole sur l'indépendance.

Le gouvernement espagnol a fait appel aux meilleurs juges du pays pour attaquer ce référendum, qui devrait avoir lieu le 1er octobre. La Vice-première ministre Soraya Saénz de Santamaría a déclaré que le gouvernement national avait demandé à la Cour constitutionnelle d'annuler la tenue du référendum. La loi espagnole n'autorise pas une partie du pays à se séparer.

Des conséquences énormes

Quel que soit le résultat, les conséquences pourraient être énormes. Si la région espagnole de Catalogne accepte le résultat d'un référendum qui demande d'être indépendante, les conséquences pour la région pourraient même dépasser les effets du Brexit sur le Royaume-Uni. "Comme avec le Brexit", explique Geoffrey Minne, économiste chez ING, "un Catalexit plongerait la région dans une longue période d'instabilité, ce qui aurait des répercussions négatives pour le secteur privé ".

La conséquence la plus directe se ressentirait au niveau des ménages catalans. "Un récent sondage mené par Metroscopia montre que 62% des résidents s'inquiètent de l'avenir de leur région alors que seulement 31% sont enthousiastes", écrit ING. "Il n'y a qu'un pas entre la "préoccupation" et le moment où l'on commence à économiser par précaution. Si les deux tiers des consommateurs décident de faire moins d'achats, cela va évidemment faire baisser la demande."

ING n'écarte pas le risque d'une banqueroute si ces préoccupations se transforment en panique.

Europe

Cette incertitude des consommateurs se ressent aussi du côté des entrepreneurs. Les investissements dans la région risquent de disparaître ou d'être éliminés avant même d'avoir vu le jour. "Pour l'investissement dans les entreprises, l'incertitude est encore plus importante que pour les consommateurs car l'instabilité politique peut affecter les investissements étrangers encore plus fort que les ménages".

Et surtout, ne plus pouvoir accéder au marché européen pourrait sérieusement mettre en danger les entreprises catalanes. Les investisseurs étrangers seront retardés et les entreprises elles-mêmes ne pourront plus gérer leurs marchés (potentiels).

"Les entreprises qui exportent vers l'Union européenne sont celles qui vont le plus souffrir", ajoute ING. "L'UE a représenté 65% des exportations et 70% des investissements en Catalogne au cours des trois dernières années".

"Le prix économique que la Catalogne devrait payer pourrait être, relativement parlant, plus élevé que ce que les Britanniques ont dû encaisser avec le Brexit. Dans l'ensemble, la construction d'une République catalane dépend de la bonne volonté des gouvernements européens - y compris le gouvernement espagnol. C'est un projet très coûteux."

Déjà lu?