"Ça va décoiffer!" Carlo Di Antonio (cdH) bosse sur un projet de commune sans diesel en Wallonie

Le ministre wallon de l'environnement, Carlo Di Antonio (cdH), travaille actuellement pour diminuer l'impact environnemental du parc automobile wallon. Son idée? Faire comme Anvers et Bruxelles: permettre aux bourgmestres wallons d'interdire les véhicules roulant au diesel. 

En tant que ministre wallon de l'environnement, Carlo Di Antonio (cdH) se doit d'instaurer des mesures pour diminuer l'impact environnemental des véhicules en Wallonie. 2030 sera une année décisive: ce sera l'année où le diesel devra être complètement éradiqué du sud du pays. "On doit mener cette réforme. Christophe Lacroix nous la promettait depuis longtemps. La Flandre l’a déjà adoptée. Et je viendrai rapidement au gouvernement avec une note sur le verdissement de la flotte publique. Ça va décoiffer!” déclare-t-il dans un entretien pour la DH.

Selon lui, les autorités doivent montrer l'exemple. Du coup, il explique que les pouvoirs publics se doteront prochainement de véhicules verts: "Cela va devenir très difficile pour un pouvoir public wallon d’acheter autre chose qu’un véhicule vert, avec des performances environnementales très poussées (...)les administrations doivent montrer l’exemple."

"Donner la possibilité aux bourgmestres d'agir"

Des villes comme Anvers et Bruxelles ont déjà pris des mesures anti-diesel. L'objectif est donc d'amener ça en Wallonie. "Nous avons un décret en préparation. Il l’était déjà sous la majorité précédente. Il habilite les communes et les bourgmestres. Car on estime que faire une zone de basses émissions dans un centre-ville peut être une décision régionale ou communale. On donne, dans ce décret, la possibilité aux bourgmestres d’agir lorsqu’on annonce un épisode de qualité de l’air médiocre." En gros, lors de pic de pollution, certains véhicules trop polluants ne pourront plus pénétrer dans certaines communes.

En gros, ce sera aux communes de décider mais la région pourra également agir si elle considère que les communes sont trop laxistes: "Si on constate qu’à un endroit la pollution de l’air est exagérée, et que les autorités locales n’agissent pas, nous pourrons aussi prendre des initiatives." À noter que cette mesure sera ponctuelle, en cas de pic de pollution, ou structurelle: si une commune utilise un réseau de bus électriques, la mesure pourrait être effective indéfiniment.

Adios les "véhicules ancêtres"?

Cette mesure concernera uniquement les villes, explique Di Antonio. Les petites communes ne seront donc pas concernée, en principe. Du coup, une ville comme Namur pourrait voir son centre-ville complètement transformé. Cela marchera avec un système de vignette, un peu comme à Paris. "Tel type de véhicule, qui pourrait être identifié par une vignette ou un numéro – ce n’est pas tranché – ne peut pas circuler’ . Cela concerne essentiellement les villes. Le tri se fera en fonction de la performance environnementale du véhicule."

Du coup, on peut dire adieu aux vieilles voitures qui disposent de performances environnementales dépassées? "Une nouvelle mesure va voir le jour sous peu. Le secteur est d’accord. On va réintroduire un contrôle technique pour les véhicules ancêtres." Il est donc possible que tu ne puisses plus circuler dans certaines villes si tu disposes d'une voiture trop polluantes. Enfin, on n'y est pas encore...

Déjà lu?