Le maire de Venise a complètement pété les plombs:  "Si quelqu’un crie Allah Akbar, nous l’abattrons"

Le maire de Venise, Luigi Brugnaro, n'y va pas de main morte. Connu pour son franc parler, il n'a pas hésité à dire qu'il tirerait sur toute personne qui crierait "Allah Akbar" lors d'un meeting organisé par le mouvement catholique italien à Rimini. 

Luigi Brugnaro n'y va pas de main morte sur les déclarations polémiques. Il n'a pas hésité a dire que toute personne qui crierait "Allah" Akbar" sur la place Saint-Marc à Venise serait immédiatement abattue. Profitant d'un meeting organisé par le mouvement catholique, il a multiplié les propos chocs: "Les djihadistes crient qu’ils veulent aller à Allah, mais nous les enverrons à Allah, avant qu’ils n’aient pu occasionner des dommages".

Il a également tenu à rappeler qu’en mars dernier, la police italienne avait déjoué une tentative d’attentats de quatre djihadistes kosovars qui souhaitaient faire exploser le pont du Rialto à Venise et ainsi tuer des centaines de touristes.

Trois pas pour être éjectés

Le maire a fait comprendre que Venise est devenue encore plus vigilante sur le plan du terrorisme que l’année dernière. Brugnaro avait annoncé que les terroristes n’avaient que quatre pas à faire pour être éjectés de la ville, mais selon lui, maintenant, il ne leur reste plus que trois pas.

Selon Brugnaro, la ville et ses citoyens doivent montrer clairement qu’ils sont capables de réagir à une attaque.Le maire a ajouté également que la lutte contre le terrorisme n’autorise aucun optimisme naïf , mais doit s’accompagner d’une approche impitoyable. Brugnaro s’est également vanté que Venise était plus sûre que notamment Barcelone, où récemment un attentat terroriste a coûté la vie à 15 personnes.

Brugnaro qui, avant son élection, avait construit une brillante carrière d’homme d’affaires, suscite régulièrement des controverses par ses déclarations chocs. Il y a deux ans, il avait notamment déclaré qu’il bannirait de la ville les manifestations LGBT. De même, il a fait enlever des bibliothèques municipales les livres pour enfants contenant des histoires mettant en scène des parents LGBT.

Déjà lu?