La grande union francophone, c'est non pour Benoît Lutgen: sans Ecolo "elle n'existe déjà plus"

MR et cdH s'impatientent et tentent à tout prix de rallier DéFI pour composer une majorité à la Communauté Wallonie-Bruxelles. De son côté, Olivier Maingain a formulé une "petite" demande: 80 propositions pour pouvoir négocier. DéFI rechigne un peu à s'engager, il souhaiterait une grande union francophone avec le PS. Pour le cdH, il n'est est pas question.

Il n'y a toujours aucune solution qui pointe le bout de son nez pour la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le MR et, le cdH surtout, refusent une union avec le PS. Le président de DéFI, Olivier Maingain, rêve d'une grande union francophone qui comprendrait donc les quatre partis. Mais pour Lutgen c'est un grand non, comme il l'explique à La Libre, pour lui il n'y a déjà plus d'union francophone sans Ecolo qui ne veut pas prendre ses responsabilités: "Ecolo a donné un double signal. En juillet, ils disaient que mettre le PS dehors était une question de salubrité publique, à présent, ils veulent suivre les événements comme spectateur et non plus acteur".

Un grand non au PS

Pour Benoît Lutgen, il est impensable de gouverner avec le PS surtout après avoir lu les propositions formulées dans le livre d'Elio di Rupo. "Même John Crombez, le président du sp.a, trouve que ces propositions sont communistes, elles sont à gauche, plus qu'à gauche même à l'extrême-gauche". Pour lui, la course derrière le PTB se fera sans le cdH et il n'hésite pas à qualifier les propositions du PS de populistes et démagogiques. Du côté du MR, même son de cloche: "Tout comme le président du cdH Benoît Lutgen, le MR n’est pas favorable à une large majorité incluant le PS. Comme aux gouvernements fédéral et wallon, le MR veut permettre la mise en place d’une majorité de centre-droit, ce qui passe par la constitution d’une majorité tripartite composée du MR, du cdH et de Défi" explique le président du parti, Olivier Chastel, dans un communiqué.

80 propositions?

Olivier Maingain a également formulé 80 propositions à soumettre au cdH et au MR. À première vue, la liste est tellement longue qu'elle semble être un signal pour que le cdH comprenne que DéFI ne veut pas s'engager à gouverner à trois avec le MR. Mais loin de se laisser abattre, Benoît Lutgen explique qu'il n'est pas du tout rebuté par la longue liste des 80 propositions mais qu'il est d'accord de les étudier: "Je dis donc à Olivier Maingain, voyons-nous sur le fond, on va étudier ces propositions. Le cdH en formulera également." Il explique au micro de Bel RTL qu'il faut pouvoir mettre le passé de côté: "il y a des rancœurs qui pouvaient exister entre le cdH et le MR et nous parvenus pour l'intérêt général à dépasser ces rancœurs". De son côté, Maingain répond que "Le seul parti à avoir fait des propositions, c'est DéFI, je n'ai reçu aucune proposition des autres partis. Je suis ouvert pour négocier avec tous ceux qui le veulent. Je n'exclu personne." Ce n'est pas gagné...

Déjà lu?