L'ouragan Harvey et ses vents de 200km/h sont arrivés au Texas, Trump déclare l'Etat en situation de catastrophe naturelle

C'est l'ouragan le plus violente depuis Katrina en 2005. Harvey est arrivé au Texas et risque bien de faire pas mal de dégâts. C'est qu'avec ses vents flashés à 215km/h, il a de quoi déraciner n'importe quel arbre. Logiquement, Donald Trump a déclaré l'État en situation de catastrophe naturelle. 

Dans le monde des ouragans, il y a cinq catégories. Harvey, celui qui touche actuellement le Texas et une partie de la Louisiane aux États-Unis, est de catégorie quatre. Il est arrivé ce matin vers 5h du matin heure belge sur les côtes de l'État texan. Avec ses vents de 215km/h, l'ouragan a de quoi faire peur. De plus, selon un tweet du centre national des ouragans, 90cm de pluie sont attendus sur la côte texane et sur une partie de la Louisiane. C'est pas n'importe quoi!

En tout, on estime que 5,8 millions d'américains sont concernés par cet énorme ouragan. Le truc, c'est que la région est le coeur de l'industrie pétrolière américaine. A tel point que le prix de l'essence a déjà augmenté.

Trump déclare l'état d'urgence

Plus tôt dans la soirée, Donald Trump a décrété l'état de catastrophe naturelle. Grâce à cette mesure, plus de fonds fédéraux pourront être déployés pour combattre l'ouragan. "A la demande du gouverneur du Texas, j’ai signé la déclaration de catastrophe naturelle, qui libère toute la puissance de l’aide du gouvernement" a déclaré le président dans un tweet.

Le gouverneur du Texas quant à lui a mobilisé 1.000 membres de la garde national. Depuis Katrina en 2005, les Américains craignent logiquement les ouragans. Pour les rassurer, le président a assuré qu'il "suivait de près la trajectoire de l'ouragan" en demandant à ses concitoyens d'être prudent. La Maison Blanche a également déclaré que cet "ouragan majeur" sera "dévastateur pendant plusieurs jours", pas très rassurant.

"Partez. Partez maintenant!"

Sans surprise, plusieurs comtés et villes du Texas ont procédé à l'évacuation de leurs administrés. Mais malgré tout, plusieurs citoyens ont pris la décision de rester chez eux. "Il y a toujours des personnes qui ne veulent pas partir. C’est leur choix. Il faut juste qu’elles comprennent (…) qu’elles seront toutes seules", a prévenu Matt Sebesta, un responsable du comté de Brazoria, près de Houston.

Patrick Rios, maire de la ville de Rockport a supplié ses administrés de partir: "Partez. Partez maintenant". Malheureusement, seulement 60% de ses citoyens ont décidé de mettre les voiles. Il a donc conseillé aux récalcitrants de "marquer au feutre indélébile leur numéro de Sécurité sociale sur leur bras », pour qu’ils puissent être identifiés en cas de décès. Il faut être courageux pour rester chez soi puisqu'on estime la montée des eaux de 1,8 à 3,7 mètres. Ceux qui sont restés ont donc barricadé leur maison mais pas sûr que cela suffise...

Les photos sont impressionnantes

Même les camions sont impuissants

Les rues se transforment en rivières

Et des maisons ont été dévastées

Comment ont-ils fait pour filmer ces images?

Les eaux sont tellement montées que des citoyens ont eu quelques surprises

Déjà lu?