Fausse alerte à Rotterdam? Le suspect n'a aucun lien avec le terrorisme et a une explication pour les bouteilles de gaz

Une camionnette immatriculée en Espagne et remplie de bouteilles de gaz a été retrouvée devant une salle de concert à Rotterdam mercredi soir. Le conducteur présumé de celle-ci et a été arrêté  et n'a finalement aucun lien avec le terrorisme.

Après les attaques à Barcelone et Cambrils, un nouveau drame a-t-il été évité à Rotterdam à quelques heures d'un concert du groupe de groupe Allah-Las? Peut-être pas en fait. Une camionnette remplie de bouteilles de gaz a été retrouvé devant la salle Maassilo, où le groupe devait se produire. Cette camionnette était immatriculée en Espagne et son conducteur a été rapidement arrêté.

Selon les dernières informations, il n'y aurait toutefois aucun lien entre le suspect et le terrorisme, explique l'agence de presse espagnole Europa Presse. Les bouteilles de gaz retrouvées auraient en fait un usage domestique, a confirmé la police. Et le suspect était même alcoolisé lors de son arrestation, a glissé une source policière aux médias.

Toutefois, les autorités néerlandaises ont bien été prévenues pas la police espagnole d'une menace terroriste. Un autre homme de 22 ans a été arrêté dans ce cadre, en plus du chauffeur de la camionnette. Mais peu de détails ont filtré concernant cette autre arrestation.

Un groupe déjà menacé

Les coïncidences étaient pourtant nombreuses. Le procédé rappelait celui que les terroristes voulaient mettre en place à Barcelone, avant que l'explosion de leur planque suite à une mauvaise manipulation des explosifs les oblige à changer de plan. Mais à la base, ils souhaitaient également bourrer une camionnette de bouteilles de gaz...

Le fait que cette camionnette a été retrouvée juste avant un concert du groupe Allah-Las pouvait aussi interpeller. Ces Américains ont déjà été menacés par le passé en raison de leur nom, qui fait directement allusion au Dieu des musulmans. "Nous l'utilisons parce que c‘est un nom sacré, rien de plus", ont-ils déjà assumé. "Nous recevons des courriels de musulmans, ici aux États-Unis et dans le monde entier, disant qu'ils sont offensés, mais ce n'est absolument pas notre intention", avaient-ils expliqué dans une interview au Guardian en 2016.

Leur concert à Rotterdam a en tout cas été annulé après cette découverte. Des dizaines de personnes ont été recalées lors de l'ouverture des portes à 19h30. Des agents de police munis de gilets pare-balles s’étaient postés près de la salle (pouvant accueillir près de mille personnes) et l’unité antiterroriste du Service d’interventions spéciales (DSI) s’est rendue sur place. L'organisateur du concert, Rotown, a expliqué que c'est la police qui a demandé l'annulation du concert. Rotown a aussi écrit sur Twitter que les personnes qui devaient aller au concert allaient être remboursées.

Lisez aussi