Gros souci en Fédération Wallonie-Bruxelles: une des conditions imposées par Olivier Maingain au MR est tout simplement infaisable

Le MR et le cdH étaient suspendus à ses lèvres. Olivier Maingain a finalement tranché: DéFi participera à un gouvernement au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles si certaines conditions sont remplies. Problème: l'une d'entre elles est déjà impossible à mettre en place. 

Le président de Défi était très attendu à son retour de vacances. Et pour cause, le cdH et le MR aimeraient définitivement savoir si le parti amarante est prêt à les rejoindre au sein d'une majorité en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Mais décidément, rien ne sera facile. Ce matin, réponse du berger à la bergère: lorsque Olivier Chastel, président du MR, demande à Défi la semaine dernière de rester à sa place (Défi ne pèse que 3 sièges en FWB) et de mettre au frigo l'institutionnel, c'est aujourd'hui au tour d'Olivier Maingain de poser ses conditions et de viser clairement le MR. Les deux anciens partis frères semblent encore avoir pas mal de rancunes.

Olivier Maingain n'y va pas par quatre chemins dans son interview accordée au Soir: il demande au MR de rompre avec le PS à la ville de Bruxelles et à la Province de Liège, "là où les scandales sont nés (...). Car la cohérence c’est bien, mais il faut se l’appliquer à soi-même."

1er juillet

Gros souci: la majorité en Province de Liège où siègent libéraux et socialistes est impossible à faire tomber, car la motion de méfiance collective est interdite depuis le 1er juillet, indiquent La Meuse et Gaspard Grosjean.

En effet, le code wallon de la démocratie locale et de la décentralisation est on ne peu plus clair à ce sujet: "La motion de méfiance globale ne peut être déposée pendant une période qui s’étend sur trente-quatre des septante-deux mois de la mandature. Ce 'tempus suspectus' commence le 1er juillet de l’année qui précède celle des élections et se prolonge pendant les dix-huit mois qui suivent l’installation du conseil."

Les élections provinciales et communales étant programmées pour le 14 octobre 2018, on te le donne en mille: l'échéance est dépassée. Le MR ne peut donc déposer une motion de méfiance collective depuis le 1er juillet. Le MR aurait pu en déposer une avant cette date mais ne l'a pas jugé nécessaire, ne voulant pas mélanger les niveaux de pouvoir.

L'une des premières conditions d'Olivier Maingain tombe déjà à l'eau. Et tout porte à croire que ce sera aussi le cas à Bruxelles où le MR et Philippe Close (bourgmestre) viennent de prendre les rênes de la ville.

Ces conditions semblaient pourtant être un préalable à toutes discussions. Grosse gaffe de la part d'Olivier Maingain? Cela pourrait se transformer en solution: il aurait en effet été difficile pour le MR d'accepter de sortir de ces deux niveaux de pouvoir, du coup on pourra peut-être directement passer aux conditions suivantes.

Deux autres conditions

Elles sont au nombre de deux: Olivier Maingain compte réinterroger cdH et MR sur la bonne gouvernance et la charte qu'il avait coécrite avec Ecolo: "Jusqu’ici, seul le PS nous a répondu. Ni le MR ni le CDH n’ont manifesté d’adhésion à ce cahier des charges qui va bien au-delà de ce qui existe en Région wallonne et de ce qui est prévu au fédéral où le MR s’est rallié à la proposition minimaliste de la N-VA."

Ensuite troisième et dernière condition: "Nous demandons au MR s’il a la capacité et la volonté de l’unité francophone pour préparer l’avenir des francophones". Comme vu plus haut, le MR aimerait bien voir le communautaire mis au frigo. Cette nouvelle condition pourrait donc constituer un ultime obstacle aux discussions.

Et si ces conditions ne sont pas remplies, on fait quoi? On se dirigerait vers un statu quo: "Il y a un gouvernement qui doit continuer à fonctionner. C’est la logique dans les entités fédérées: il n’y a pas de gouvernement en affaires courantes, sauf si tous les ministres démissionnent. C’est la loi qui le dit: les gouvernements doivent continuer à travailler", peut-on toujours lire dans Le Soir.

On notera encore que DéFi a publié en fin d'après-midi une liste de 80 propositions "pour une Fédération Wallonie-Bruxelles rassembleuse et efficace". Des propositions qui sont elles "à discuter", précise-t-on du côté de DéFi.

Maingain ne veut plus que son parti soit considéré comme le petit Poucet. On le sent aussi particulièrement remonté contre Oliver Chastel et son interview parue la semaine dernière. Si une majorité MR-cdH-Défi semble toujours préconisée en FWB, on l'a vu, rien ne sera simple.

Déjà lu?