Facebook toujours plus indispensable: il vient concurrencer 2ememain.be avec son service de petites annonces Marketplace

Facebook continue de se diversifier. Si tu veux vendre un objet en ligne, tu vas bientôt pouvoir passer directement par le propre service de petites annonces du réseau social en Belgique. Son nom? Marketplace. Une sacrée menace pour 2ememain.be.

Maintenant, quand tu voudras vendre un objet dont tu n'as plus besoin, ton premier réflexe sera peut-être d'aller directement sur Facebook pour mettre une annonce. Le géant d'Internet se lance à la conquête d'un nouveau secteur avec Marketplace, son service de petites annonces entre particuliers.

Très simple

Un service qui existe depuis déjà octobre 2016 aux États-Unis, en Australie, au Canada, au Royaume-Uni, au Mexique, ou encore en Nouvelle-Zélande. Il est désormais disponible depuis lundi dans dix-sept pays européens, comme la Belgique donc, mais aussi la France, l'Allemagne, le Luxembourg ou encore les Pays-Bas. De quoi faire trembler 2ememain.be, qui avait un quasi monopole en la matière par chez nous pour l'instant.

Utiliser Marketplace est très simple. Tout se passe via l'application Facebook, qui doit avoir été mise à jour. Dans ton menu, tu as désormais accès aux objets en vente près de chez toi, qu'ils aient été publiés par un particulier sur son profil ou dans un de ces nombreux groupes de ventes qui rencontrent un sacré succès sur le réseau social. Si un objet te plaît, tu peux ensuite contacter le vendeur avec qui tu échangeras direct via Facebook Messenger.

2ememain pourra-t-il résister?

Facebook veut se rendre toujours plus indispensable dans ta vie et jouera l'intermédiaire pour la prise de contact. Il ne sera pas possible de directement payer via Facebook, qui ne prendra pas de commission. Il te faudra définir un lieu de rendez-vous avec le vendeur pour lui acheter l'objet après avoir défini d'un prix. Comme sur 2ememain.be, oui. "Marketplace a l'avantage de pouvoir donner facilement accès aux acheteurs au profil de leur vendeur", explique au Figaro Deborah Liu, vice-président de Marketplace. "Il est possible de vérifier leur identité, de voir depuis combien de temps ils sont sur Facebook ou encore de constater le nombre d'amis que l'on peut avoir en commun."

Bref, cela représente une sacrée menace pour 2ememain, dont le mode de fonctionnement est quasiment identique. Avec près de 700.000 visiteurs par jour, le site, qui tire la majorité de ses revenus de la publicité, semble pour l'instant avoir les reins solides. Mais sera-t-il possible de résister à la machine Facebook? L'entreprise de Mark Zuckerberg va mettre le paquet, avec un design simple et épuré pour sa "Marketplace" et la possibilité de publier une annonce en moins d'une minute (le temps de mettre une photo, un prix et une description) qui va toucher des dizaines de milliers de personnes. Pour rappel, 6,6 millions de Belges sont déjà inscrits sur Facebook, qui compte aussi 1,23 milliards d'utilisateurs actifs... par jour. Ce qui fait autant d'acheteurs potentiels pour la vieille lampe qui traîne chez toi dont tu veux peut-être te débarrasser.

Déjà lu?