Fais gaffe: de nombreux vêtements "made in China" que tu achètes viennent en fait de la Corée du Nord de Kim Jong-un

C'est la nouvelle qui va peut-être te donner envie de brûler toute ta garde-robe. Des journalistes de Reuters sont allés inspecter les usines de textile en Chine et en Corée du Nord. Il est très vite apparu que de nombreuses entreprises chinoises envoient des tissus et matières premières à des usines de sous-traitance en Corée du Nord, où les vêtements sont ensuite exportés vers le reste du monde. Comme toutes les usines appartiennent à l'État, cela revient indirectement à soutenir le régime communiste de Kim Jong-un.

"Made in China". Tu as certainement déjà rencontré cette annotation sur un t-shirt, un jeans, une paire de chaussures... Il faut dire qu'une grosse partie de nos vêtements et chaussures sont produits en Chine. Outre le fait que ces travailleurs sont souvent mal payés pour travailler un nombre incalculable d'heures, il y a pire encore. Nombreux habits ne viendraient même pas de Chine.

Selon une enquête réalisée par Reuters, les fabricants de textile font de plus en plus appel à des usines de sous-traitance basées en Corée du Nord. La raison? La main d'oeuvre y est bien moins chère, expliquent ainsi des commerçants de Dandong (une ville chinoise située au sud de la frontière avec la Corée du Nord) à l'agence de presse. Les fabricants arriveraient à produire à un coût "75 % moins élevé".

Ce n'est pas un phénomène nouveau, les autorités chinoises annonçaient déjà le mois dernier que leurs échanges commerciaux avec la Corée du Nord avaient augmenté de 10,5 %. Mieux encore, au premier semestre 2017, les exportations chinoises (majoritairement de textile) vers la Corée du Nord ont augmenté de près de 30 %, pour s'établir à 1,67 milliard de dollars (1,43 milliard d'euros), annonce à Reuters Huang Songping, la porte-parole des douanes chinoises. De quoi donner de l'eau au moulin de Donald Trump, qui ne cesse de critiquer la Chine pour sa position ambiguë envers son voisin nord-coréen.

"Ils travaillent pour leur chef"

Le souci, c'est qu'en achetant des vêtements - que tu penses être fabriqués en Chine - tu soutiens financièrement la dictature communiste de Kim Jong-un, puisque toutes les usines nord-coréennes sont possédées par l'État. "Les Coréens du Nord ne sont pas comme les ouvriers d'usines chinoises qui travaillent uniquement pour l'argent. Ils travaillent pour leur pays et leur chef", commente ainsi un commerçant à Reuters.

Du coup, les travailleurs nord-coréens iraient jusqu'à produire chaque jour "30 % de vêtements en plus que les travailleurs chinois", toujours selon le même commerçant. Par exemple, ils n'osent pas aller aux toilettes, de peur de freiner la chaîne de production. Ils sont également nettement moins bien payés que dans d'autres pays asiatiques. Et le pire dans tout ça, c'est qu'une grosse partie de leur salaire va directement au gouvernement de Kim Jong-un.

À titre d'exemple pour les salaires, les travailleurs de la zone industrielle de Kaesong (qui est désormais fermée) recevaient entre 75 et 160 dollars par mois (64 à 137 euros). Alors que les salaires moyens en Chine sont de 450 à 750 dollars par mois (384 à 641 euros). Mais Kaesong était conjointement géré avec la Corée du Sud, les salaires y étaient donc plus élevés que dans le reste de la Corée du Nord où Séoul n'a pas son mot à dire.

"Nous prenons des commandes de partout dans le monde"

Et où vont ces vêtements par la suite? "Nous prenons des commandes de partout dans le monde", déclare un autre homme d'affaires de Dandong. C'est par cette ville chinoise frontalière que transite la majorité du commerce de la Corée du Nord. Ainsi, des dizaines d'agents du textile y opèrent pour servir d'intermédiaires entre les fournisseurs et les acheteurs qui viennent des États-Unis, d'Europe, du Japon, de la Corée du Sud, du Canada ou encore de Russie. Autrement dit, toi y compris.

Le businessman continue: "Nous demandons aux fournisseurs chinois qui travaillent avec nous s'ils sont ouverts sur le client avec qui ils auront affaire (...) parfois, l'acheteur final ne réalise pas que ses vêtements sont fabriqués en Corée du Nord. C'est extrêmement sensible". Autrement dit, la Chine envoie ses tissus et matières premières vers la Corée du Nord où ils sont assemblés puis exportés. En tout, le pays compterait environ 15 grandes entreprises exportatrices de vêtements, chacune exploitant plusieurs usines réparties dans le pays, et des dizaines d'entreprises de taille moyenne, selon GPI Consultancy of the Netherlands, qui aide les entreprises étrangères à faire du business en Corée du Nord.

Il s'agit bien sûr de vêtements que tu connais ou possèdes. Par exemple, la marque Rip Curl s'est excusée publiquement l'année dernière quand une enquête a révélé que certains de ses vêtements de ski "made in China" étaient fabriqués en Corée du Nord.

Légal?

Mais est-ce légal tout ça? En théorie, oui. Si l'Organisation des Nations unies (ONU) a récemment pris de plus lourdes sanctions contre la Corée du Nord, ces dernières ne concernent pas l'interdiction d'exporter des vêtements. Ainsi, le 6 août dernier, l'ONU a adopté à l'unanimité des mesures drastiques, qui devraient coûter environ 1 milliard de dollars à la Corée du Nord, suite à ses tests à répétition de missiles et à sa récente déclaration comme quoi elle aurait désormais l'armement suffisant pour frapper les États-Unis. Ces mesures valent pour les secteurs du fer, du charbon et de la pêche, mais donc pas du textile.

Heureusement pour elle, le textile étant en 2016 la deuxième plus grande source d'exportations de la Corée du Nord, après le charbon et d'autres minéraux, selon les données de la Korea Trade-Investment Promotion Agency (KOTRA). Comme ses exportations de charbon sont désormais interdites, le pays de Kim Jong-un semble avoir trouvé la solution pour ne pas finir le bec dans l'eau.

Te voilà prévenu avant tes prochaines virées shopping...

Déjà lu?