Des mecs se sont amusés à classer (scientifiquement) les utilisateurs de Facebook, tu fais partie de quelle catégorie?

On a tous une utilisation différente de Facebook. Certains l'utilisent pour s'informer, d'autres pour raconter toute leur vie et d'autres pour rester en contact avec leurs amis. C'est un sujet sérieux. En tout cas assez sérieux pour réaliser une vraie étude scientifique à ce sujet. Cette étude révèle l'existence de quatre catégories d'utilisateurs de Facebook. Tu fais partie de laquelle? 

Ce sont les chercheurs de l'université de Brigham qui se sont retroussés les manches pour catégoriser les différents utilisateurs de Facebook. Ils n'ont pas fait ça n'importe comment. 47 "Facebookiens" de 18 à 32 ans ont été invités à répondre à un questionnaire concernant leurs habitudes et leur état d'esprit par rapport au plus célèbre des réseaux sociaux.

Ils ont par exemple dû s'exprimer par rapport à des phrases telles que "Facebook m'aide à exprimer de l'amour pour ma famille, mes amis et pour moi-même". Ils avaient plusieurs choix de réponses sur une échelle de "pas du tout d'accord" à "parfaitement d'accord". Après avoir analysé les résultats, les chercheurs ont eu un petit entretien avec chaque participant pour avoir un feedback de leurs réponses. Ils ont ensuite pu établir quatre catégories d'utilisateurs.

1. Le "relationship builder"

Voici la première catégorie. Elles renvoient à à peu près toutes les mamans qui utilisent Facebook. Cette catégorie comprend les utilisateurs qui considèrent Facebook comme une extension de leur propre vie 'IRL'. Ils voient le réseau comme un endroit où ils peuvent exprimer leurs sentiments, leurs histoires en toute honnêteté.

Les "relationship builder" ont tendance à partager des vidéos en mode "émotions" comme typiquement des soldats américains qui retrouvent leurs femmes après la guerre. Ils adorent poster des photos des gens qu'ils aiment et dès que leurs amis postent quelque chose, ils sont là pour commenter. Que de l'amour!

2. Les stalkers

Ok, les chercheurs utilisent un terme moins péjoratif: ils les ont appelés les "window shoppers". Ils désignent ceux qui considèrent que Facebook est inévitable dans la vie et qui se disent "bon bah autant l'utiliser". Ils ne postent presque jamais de photo et mettent très rarement à jour leur profil. Selon le co-auteur de l'étude Clark Callahan, ce groupe "veut voir ce que les autres font. C'est un peu l'équivalent de l'espionnage."

En gros, ce sont les stalkers quoi. Ceux qui checkent en profondeur le profil de leur crush ou de leur boss pour en savoir le maximum. Il y a aussi les stalkers bien intentionnés qui utilisent essentiellement Facebook pour rester connecté avec leurs amis.

3. Les "town criers"

Les membres de cette catégorie s'en foutent d'étaler leur vie sur les réseaux. Sur leur profil, tu ne verras pas grand chose de leur vie privée. Par contre tu verras des tonnes d'articles de presse qu'ils auront partagés. Ces utilisateurs sont là pour informer leurs amis. Si tu as l'un d'eux dans ta liste d'amis, tu peux probablement "unliker" toutes les pages de médias d'information que tu suis.

Les town criers interagissent très peu avec leurs amis et avec leur famille. En tout cas sur Facebook. Il est très probable qu'un "town crier" préfèrera appeler sa copine ou son copain plutôt que de lui envoyer un bel autocollant sur Messenger.

4. Les "selfies"

C'est sans doute la catégorie la plus représentée sur Facebook. Elle rassemble toutes les personnes qui postent un milliard de photos et ne vivent que pour les likes, les shares et les notifications. Contrairement à la première catégorie (les relationship builders), ils ne cherchent pas de connexions sociales ou quoi que ce soit. Non, ils ne veulent que de l'auto-promotion régulée par le nombre de notifications qu'ils reçoivent à la minute.

En gros, leur profil Facebook ressemble à un magazine virtuel présentant une certaine image d'eux. Qu'importe si ça correspond à la réalité ou non. Tout ça pour recevoir un maximum de notifications et de reconnaissance de la part des autres. Allez admets-le, t'es un selfie!

Déjà lu?