L'escalade verbale continue: Donald Trump ne calme pas le jeu et pense "ne pas être assez dur" avec la Corée du Nord

Au lendemain des menaces de la Corée du Nord d'attaquer l'île américaine de Guam, Donald Trump a réagi depuis son golf de Bedminster dans le New Jersey où il passe ses vacances. Il a décidé de ne pas calmer le jeu et se considère encore trop gentil envers Pyongyang. Une nouvelle fois, il interpelle la Chine pour l'aider à contenir le régime de Kim Jong-un. 

Donald Trump passe actuellement ses vacances dans son golf de Bedminster dans le New Jersey. Devant les journalistes et ses conseillers, il a réagi aux menaces de la Corée du Nord. En effet, Pyongyang a menacé mercredi d'attaque l'île de Guam, un bout de terre américaine au beau milieu de l'océan Pacifique.

Au lieu de calmer le jeu et d'apaiser les tensions, Donald Trump a décidé d'utiliser une stratégie différente et a mis en garde son homologue nord-coréen Kim Jong-un. "Il a grandement manqué de respect à notre pays. Il a dit des choses horribles. Et avec moi, il ne va pas s’en tirer comme ça. (…) La donne a changé" a déclaré la pensionnaire de la Maison Blanche.

"Un évènement jamais vu"

Donald Trump a assuré qu'il sera sur l'île de Guam d'ici le 15 août. Il en a profité pour une nouvelle fois mettre en garde le leader de Pyongyang Kim Jong-un: "Voyons ce que [Kim Jong-un] fait avec Guam. S’il fait quelque chose à Guam, ce qui arrivera en Corée du Nord sera un événement jamais vu jusqu’alors." Le président américain est ferme: il ne tolère aucune menace et il le fait bien comprendre: "Il ne va pas continuer à menacer Guam. Et il ne va pas menacer les Etats-Unis. Et il ne va pas menacer le Japon. Et il ne va pas menacer la Corée du Sud."

Évidemment, que serait un discours de Donald Trump sans une petite pique pour ses prédécesseurs à la Maison Blanche? Il a en effet pointé une nouvelle fois le laxisme et la passivité des anciens dirigeants américains: "Il est grand temps que quelqu’un parle haut et fort pour les habitants de notre pays et les habitants d’autres pays."

Appel à la Chine

Donald Trump l'a répété des dizaines de fois: il faut que la Chine durcisse ses positions envers Pyongyang. Les Chinois sont les principaux alliés des nord-coréens, ils ont donc une certaine influence sur le régime de Kim Jong-un. Le pensionnaire du bureau ovale a une nouvelle fois regretté que la Chine n'en faisait pas assez pour mettre la pression sur Pyongyang. En effet, les Chinois n'ont jamais appliqué les sanctions qu'ils avaient pourtant votées à l'encontre de leurs voisins coréens. Ils redoutent en fait un effondrement de la Corée, ce qui mettrait un coup d'arrêt à leur économie.

Alors, est-ce qu'on risque réellement un conflit armé? On en est encore loin selon les experts. La défense américaine a d'ailleurs déclaré qu'une guerre serait "catastrophique". Mais les évènements des prochains jours, surtout autour de l'île de Guam seront capitaux pour la suite de ce conflit qui reste, pour le moment, exclusivement verbal.

Déjà lu?