Les Pays-Bas dans le viseur! Pour Denis Ducarme, la crise des oeufs contaminés est de la faute de nos voisins du nord

Nouveau rebondissement: le gouvernement belge dit maintenant que le Fipronil avait été détecté dans des oeufs dès novembre 2016. Selon le ministre de l'Agriculture Denis Ducarme, les Hollandais ont refusé d'informer la Belgique pendant des mois. "C'est incompréhensible de la part d'un des plus grands exportateurs d’œufs au monde", a déclaré Ducarme. 

Le ministre belge de l'Agriculture, Denis Ducarme, a accusé l'équivalent néerlandais de l'AFSCA ne de pas assez informer leurs collègues belges de ce qui se trouve dans les œufs. "Si l'agence néerlandaise pour la sécurité de la chaine alimentaire nous avait fourni plus d'informations on aurait pu travailler plus efficacement en Belgique" a déclaré Ducarme.

Tout part d'un document confidentiel de l'agence alimentaire néerlandaise adressé au ministre de l'Agriculture des Pays-Bas. Il apparait que le Fipronil était déjà évoqué en novembre de l'année dernière. Cela a un peu agacé Denis Ducarme: "Aucune confirmation officielle des Pays-Bas ne nous est parvenue. Si nous avions eu ces informations avant, la vigilance aurait été accrue. Mais nous ne disposions pas de ces informations, tout reposait donc sur l'autocontrôle."

Sept fois

Ducarme explique qu'il ne sait pas comment il a obtenu les informations sur les contaminations néerlandaises de l'an dernier. L'agence néerlandaise de la sécurité des aliments (NVWA) a seulement prévenu les consommateurs de la présence de Fipronil dans les œufs le 31 juillet dernier.

Selon Ducarme, l'AFSCA a été entendue fin juin. L'agence signalait que les œufs néerlandais étaient infectés par un pesticide (le fipronil) et qu'elle voulait examiner les œufs belges pour détecter une éventuelle contamination.

"Depuis début juillet, l'AFSCA a demandé sept fois à leurs homologues néerlandais la liste des clients du producteur néerlandais du produit contenant le fipronil" explique Ducarme. l'AFSCA n'a jamais pu obtenir ces informations parce que les Pays-Bas sont en pleine enquête criminelle. Par ailleurs, le ministère néerlandais de l'Economie n'a pas encore réagi aux critiques de la Belgique.

Ducarme a fait ces remarques avant et pendant un débat de la commission parlementaire sur la crise du Fipronil. En collaboration avec la ministre de la Santé Maggie De Block, il doit répondre à des actions de l'AFSCA. En effet, l'agence fédérale aurait réagi trop lentement aux premiers signes d'infections au Fipronil.

Déjà lu?