L'être humain finira-t-il par perdre la vue? D'ici 2050, le nombre d'aveugles dans le monde pourrait tripler

Plus de 200 millions de personnes dans le monde entier vivent actuellement avec un problème de vue moyen à grave. Mais ce chiffre déjà important pourrait tripler dans les trois prochaines décennies, selon une toute nouvelle étude du très sérieux magazine médical "The Lancet Global Health".

Doit-on se préparer à marcher avec une canne et à lire le braille? Ces questions méritent d'être posées en lisant la nouvelle étude parue hier dans le magazine médical The Lancet Global Health.

Dans le monde actuel, 36 millions de personnes sont aveugles, mais d'ici 2050, ce chiffre pourrait atteindre les 115 millions. À côté, le nombre de gens qui souffrent d'une "déficience visuelle modérée à sévère" pourrait, lui, passer de 217 à 588 millions. La population mondiale totale approchant les 7,5 milliards, cela correspondrait à près de 14 %. Autrement dit, 1,4 personne sur 10.

Pour tirer cette conclusion effarante, l’ophtalmologiste britannique Rupert Bourne, de l'Université Anglia Ruskin de Cambridge, et ses collègues ont analysé les données de la littérature scientifique publiées entre 1980 et 2015, soit au total 288 études portant sur 98 pays. Ensuite, ils ont appliqué un modèle mathématique pour prédire l'évolution en 2020 et 2050.

Manque de moyens pour les traitements

La faute à quoi? Le manque de moyens financiers pour améliorer davantage les traitements des personnes atteintes de cécité. Spécialement, les opérations chirurgicales de la cataracte doivent être améliorées et étendues, surtout dans les pays en voie de développement comme l'Asie du Sud et de l'Est ainsi que l'Afrique subsaharienne. D'ailleurs, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 90 % des personnes atteintes vivent dans des pays en développement. Davantage de médecins et d'infirmières doivent donc y être formés et l'accès aux lunettes de correction doit plus se démocratiser. Si les scientifiques enregistrent tout de même des avancées en la matière, elles sont loin d'être suffisantes.

Une autre cause important pointée par l'étude est la population vieillissante. Les plus de 50 ans représentant actuellement 86 % des aveugles, 80 % des individus avec une déficience modérée à sévère, et 74 % de ceux avec une déficience légère. L'écart entre les pays pauvres et les pays riches est là aussi important. En Asie et en Afrique subsaharienne et de l’Est, 4 % à 5 % des plus de 50 ans sont non voyants. C’est dix fois plus que dans les pays à haut niveau de vie. Interpellant également, plus d’un patient sur deux (55 %) est une femme.

Le souci, c'est qu'un problème de vue, même léger, a des conséquences énormes sur la vie quotidienne: c'est un frein aux déplacements à pied et en voiture, pour entreprendre des études et une carrière, et surtout prendre son envol et être totalement indépendant...

Déjà lu?