Interdits au Chili ou en Inde et condamnés à disparaître en France, les delphinariums sont toujours autorisés en Belgique

Hier, le Conseil d’État français a tranché: la loi qui vise à interdire la reproduction des dauphins et des orques en captivité sera maintenue. Cela signifie à plus ou moins long terme que les delphinariums devraient disparaître en France. C'est déjà le cas au Chili, au Costa Rica, en Inde, qui l'ont tous fait interdire. Mais en Belgique toujours pas...

C'est donc acté: suite à de nombreuses plaintes contre l'exploitation des orques et des dauphins dans les parcs aquatiques, une loi qui interdisait la reproduction de ces animaux en captivité avait été votée. Mais le parc aquatique Marineland à Antibes, le plus gros exploitant d'Europe, avait déposé un recours auprès du Conseil d'État, indiquant que cette mesure annonçait sa mort à long terme, peut-on lire dans le Huffington Post.

Eh bien la juridiction a donné tort au parc, pour le plus grand bonheur des associations de défense des animaux. Cette décision suit l'élan positif suite au film Blackfish, qui dévoilait les coulisses de SeaWorld en 2013.

Interdit au Royaume-Uni depuis 1993

Mais la France est loin d'être la première nation à prendre des mesures pour contrer ces parcs de "loisirs". Au Royaume-Uni, il n'existe plus aucun parc marin depuis 1993, les normes étant trop strictes. La Suisse a suivi longtemps après le mouvement en 2012. Là-bas, il est dorénavant interdit d'importer des dauphins et des orques.

Ailleurs en Europe on peut encore citer la Croatie et Chypre qui ont interdit l'utilisation des cétacés à des fins commerciales. En Finlande, le dernier par a fermé ses portes en 2016. Ici ce n'est pas une loi mais le manque d'intérêt du public qui a tout fait basculer.

Même en dehors de notre continent, certains pays s'insurgent contre l'exploitation de ces animaux très intelligents et hautement sensibles. Le Costa Rica (2005), Le Chili (2008), l'Inde (2013), la ville de Mexico (2017), tous ont pris des mesures pour les épargner.

Bruges

Mais en Belgique toujours rien ou presque, la dernière loi en date de 1999 et ne règle pas définitivement le problème. Il existe pourtant encore un delphinarium à Bruges: le Boudewijn SeaPark. En mai dernier, l'organisation de défense des animaux Bite Back a mené une action dans le cadre de la campagne "Empty The Tanks". Les activistes ont brandi 23 croix dans les mains, symbole du nombre de dauphins morts dans le delphinarium.

En Wallonie, on ne trouve plus de delphinarium. Le dernier a fermé ses portes en 1984 quand le parc Walibi accueillait plusieurs dauphins. D'autres ont existé à Anvers, à Huy et à Mellen. Tous déposé le bilan, et c'est tant mieux comme ça.

Déjà lu?