Le sport n'a pas sa place partout: en Sierra Leone, il est désormais interdit de faire son jogging dehors

De par le monde, il existe bien des lois et des règlements absurdes. La Sierra Leone, un petit pays d'Afrique de l'Ouest, vient d'ailleurs de se distinguer en la matière. Par voie de communiqué, la police a annoncé l'interdiction définitive du jogging dans la rue. Et que les contrevenants soient prévenus, elle n'hésitera pas à "agir en conformité" pour faire respecter cette nouvelle loi.

En Belgique et ailleurs dans le monde, courir dehors pour améliorer sa condition physique et entretenir sa santé paraît normal et tout à fait légal. Mais en Sierra Leone, ce n'est plus du tout le cas. La police de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest a envoyé un communiqué à la population il y a quelques jours. Dedans, elle annonce que le jogging à l'extérieur est dorénavant interdit.

Si cette mesure te paraît illogique voire complètement abusée, la police assure, elle, que les coureurs sont "menaçants" et encouragent les "comportements perturbateurs" en rue. Le communiqué, relayé par l'AFP, précise que les joggeurs restent libres de pratiquer leur sport "dans les infrastructures récréatives ou à la plage".

Musique trop forte, obstruction du trafic, insultes

Mais qu'ont fait les joggeurs pour mériter pareil traitement? "Le quartier général de la police observe avec consternation que des gens prennent l'habitude de faire du jogging en grand groupe dans les rues et les soupçonne de menacer l'ordre public, de lancer des insultes, d'entraver la circulation, de marcher sur les véhicules, de mettre la musique trop fort et d'arracher des biens qui appartiennent à d'autres personnes", se justifient les forces de l'ordre.

Cette nouvelle mesure a évidemment provoqué un tollé au sein de la population. Mohamed Kamara, un fonctionnaire de Freetown (la capitale), a d'ailleurs réagi très négativement à l'AFP. Il juge l'interdiction trop sévère et assure qu'il n'y a eu aucun incident majeur impliquant des joggeurs. "Le week-end, nous faisons régulièrement équipe avec des jeunes du quartier. Nous courons jusqu'à la plage, où nous jouons au foot, puis nous rentrons tranquillement", explique-t-il en précisant que le jogging et le football en groupe ont aidé de nombreux jeunes de sa communauté à se sortir de la violence.

Une mesure politique?

Sauf que la raison exacte de cette interdiction pourrait être tout autre. Ainsi, certains politiciens qui ambitionnent de se présenter aux élections présidentielles de 2018 organisent des courses pour rallier leurs partisans, spécifie l'AFP. Lors de ces événements, les participants arborent même des t-shirts aux couleurs de leur parti politique. Et ça, le gouvernement actuel de la Sierra Leone aurait sans doute du mal à digérer.

Mais la question est: est-ce légal tout ça? Pour la police, cette interdiction est "conforme à la considération constitutionnelle sur l'ordre public et la sécurité". Au contraire, l'ONG de défense des droits de l'homme, CHRDI, a demandé par voie de communiqué aux forces de l'ordre qu'elles s'assurent que cette interdiction soit conforme au droit national et international. Elle rappelle également "qu'il y a des lois garantissant à chaque citoyen de la Sierra Leone le droit de se réunir". Le doute plane donc sérieusement sur la légalité de cette mesure drastique...

Déjà lu?