Encore 12 morts au Venezuela: pourquoi les citoyens sont-ils en colère et pourquoi ne veulent-ils pas d'une nouvelle constitution? 

Les élections au Venezuela sont contestées et sont accompagnées de violentes émeutes au cours desquelles 7 personnes ont perdu la vie, même 12 si l'on en croit l'opposition. L'une des victimes est un des candidats à ces élections qui espérait obtenir un siège au gouvernement. Il a été tué à Caracas. Du coup, les élections vont être boycottées par l'opposition. Alors pourquoi les Vénézuéliens sont autant en colère et pourquoi ne veulent-ils pas d'une nouvelle constitution? 

Selon le conseil électoral, le taux de participation aux élections est de 41,53%, ce qui représente 8 millions d'électeurs. C'est à peu près le double de ce qu'attendaient les observateurs ainsi que l'opposition. Leur estimation était de 2 à 3,5 millions d'électeurs. C'est que l'opposition a boycotté le scrutin et a obtenu beaucoup de soutien de la part des Vénézuéliens qui sont fatigués de la crise économique qui sévit dans le pays.

L'opposition manifeste contre ces élections depuis que le président Maduro les a annoncées il y a plus de trois mois. En effet, Maduro veut laisser les Vénézuéliens élire une nouvelle assemblée qui s'occupera d'écrire une nouvelle constitution. La nouvelle constitution devrait renforcer la position et le pouvoir du président. Avant les élections, toutes manifestions ont été interdites mais ça n'a pas empêché l'opposition de descendre dans la rue.

Les élections sont boycottées par l'opposition. Du coup, le taux de participation semble être particulièrement bas. Une bonne chose pour l'opposition puisqu'une faible participation pourrait affecter la légitimité de Maduro pour faire passer la nouvelle constitution.

Les États-Unis ont déjà déclaré qu'ils considèrent ces élections comme une imposture et "un pas de plus vers la dictature". Les Américains n'accepteront pas les résultats de ce scrutin a déclaré la représentante des USA à l'ONU, Nikki Haley. Ensuite, le ministère des affaires étrangères a condamné les élections et la violence. Dans un communiqué, les États-Unis ont promis "des contre-mesures rapides et fortes".

En plus, plusieurs pays sud-américains disent qu'ils ne reconnaitront pas les résultats. L'Argentine va jusqu'à dire qu'il s'agit d'élections illégales.

Qu'est-ce qui se passe au Venezuela?

Les derniers mois ont été agités au Venezuela. L'économie s'effondre et le président Nicolás Maduro montre de plus en plus des tendances dictatoriales. Depuis avril, il y a eu des manifestations régulières dans tous le pays. Elles ont causé la mort d'une centaine de personnes et ont blessé des milliers de gens.

On dit souvent que l'économie Vénézuélienne est au plus bas à cause du faible prix du pétrole (le pétrole est la principale source de revenus du pays), mais tout a mal tourné à cause de plusieurs années de mauvaise gestion économique. La preuve: un Vénézuélien sur dix ne peut plus se procurer de nourriture et les gens meurent car les médicaments, même les plus élémentaires, ne sont plus disponibles.

L'opposition du président Maduro se compose d'un meli-melo de gens de gauche, de droite, des libéraux et de conservateurs: un gros groupe de citoyens mécontents. La goutte qui a fait déborder le vase c'est cette décision de la Cour Suprême de dissoudre le parlement pour récupérer ses compétences et son pouvoir.

Pourquoi des élections?

Ce dimanche ont eu lieu les élections pour élire une assemblée constituante. Elle aura pour mission de rédiger la nouvelle constitution. L'actuelle constitution vénézuélienne a été écrite en 1999 sous le pouvoir de l'ancien président Hugo Chávez et elle est considérée comme sacrée pour beaucoup de Vénézuéliens. Si on suit l'actuelle constitution, les élections présidentielles sont proches. Mais Nicolás Maduro sait qu'il n'est pas populaire et qu'il est haï par une grande partie de la population et du Parlement. Du coup, il fait tout pour repousser ces élections. C'est ce qu'il fait en créant une assemblée constituante.

Le Parlement actuel se compose en majorité de membres de l'opposition. Pour modifier la constitution, il faut d'abord organiser un référendum. Ensuite, il faut créer un organe spécial pour rédiger la nouvelle constitution.

Ce nouvel organe se compose de 545 membres qui sont élus par les conseils locaux (364) et diverses organisations contrôlées par Maduro (181): travailleurs, étudiants, handicapés et pensionnés. Tous peuvent participer.

Que veut l'opposition?

Ce nouvel organe met hors-jeu le Parlement, l'opposition n'a pas de pouvoir. L'Organisation des États Américains (OEA) a qualifié la convocation d'une assemblées constituante de "frauduleuse et anticonstitutionnelle". L'opposition, de son côté, considère qu'il s'agit d'un stratagème pour établir une dictature. Les adversaires de Maduro veulent qu'un référendum soit organisé pour consulter la population sur la création d'une nouvelle constitution. Mais surtout, ils veulent que les élections présidentielles cessent d'être reportées. Mais depuis quatre mois, ils ne sont pas écoutés.

Déjà lu?