Polémique autour du concert de U2 au stade Roi Baudouin: les navetteurs wallons seront obligés de se débrouiller tout seuls

À chaque concert c'est le même constat: les navetteurs flamands sont privilégiés par rapport aux wallons. La SNCB proposent des trains de nuit mais qui desservent uniquement les gares flamandes. Ce sera à nouveau les cas pour le concert de U2 mardi prochain.

Si tu as déjà assisté à un évènement au stade Roi Baudouin, tu en as surement fait l'expérience: difficile de trouver une place de parking à proximité. Du coup pour éviter que les spectateurs débarquent en masse avec leur voiture, la SNCB propose généralement des trains de nuit. Ce sera encore le cas lors du concert de U2 qui aura lieu mardi prochain.

Sauf que comme souvent, les Wallons sont oubliés: cinq trains de nuit vont être dépêchés mais aucun ne desservira une gare wallonne, fait remarquer la DH dans son édition de ce vendredi.

Du côté de la SNCB, on se justifie comme on peut: la plupart des spectateurs sont flamands. En fait tout dépend de Live Nation, l'organisateur de l'évènement. C'est le géant français de l’évènementiel "qui détermine l'offre ferroviaire", explique à la DH Thierry Ney, le porte-parole de la SNCB. En fonction des tickets vendus, Live Nation contacte la SNCB pour qu'elle adapte son offre de trains spéciaux. Or 75% des tickets proviennent d’acheteurs flamands. Mais si on compte qu'en moyenne un concert au Stade Roi Baudouin rassemble 60.000 personnes, cela fait tout de même 15.000 spectateurs wallons laissés sur le carreau.

Discriminés?

Et ce n'est visiblement pas une première. En mai dernier, les fans de Coldplay en avaient déjà fait les frais. Et c'était aussi le cas en 2010 lors du précédent concert de U2. Pourtant chacun paye le même prix de ticket: entre 41 et 181 euros. On peut donc légitimement poser la question: les Wallons sont-ils discriminés? Les chiffres parlent d'eux-mêmes: sur les cinq trains nocturnes dépêchés par la SNCB pour le concert de U2, 24 gares flamandes sont desservies, aucune côté wallon.

Déjà lu?